Accueil Discipline (Psychologie) Revue Numéro Article

Déviance et Société

2010/1 (Vol. 34)



Pages 3 - 6 Article suivant
1

Lode Van Outrive est mort chez lui à Winksele le 22 août 2009.

2

Il a été un sociologue venu à l’étude de la police, puis plus largement du crime, fort de l’expérience d’un tout autre domaine d’enseignement et de recherche. De 1950 à 1957, il a poursuivi à Leuven des études de philosophie et de sciences politiques et sociales, complétées par un cursus en droit. À la suggestion d’Edward Leemans, il a d’abord travaillé dans le cadre de la chaire de Pierre de Bie – élève de Jacques Leclercq – qui avait Maurice Chaumont comme chef de travaux. Quand Lode Van Outrive a commencé à enseigner, en 1961, c’est d’abord la sociologie générale pour les étudiants de psychologie et pédagogie, mais surtout la sociologie industrielle qui est devenue pour une décennie sa spécialité. Ses recherches ont porté alors sur les motivations des travailleurs et il a soutenu en 1969 une thèse sur la participation syndicale. Le changement d’orientation a commencé à se dessiner, un peu par hasard, quand son recteur l’a invité à assurer un cours de sociologie criminelle. Peu à peu, sa nouvelle spécialité est devenue de plus en plus prenante et il lui a fallu abandonner la sociologie industrielle et passer en faculté de droit. En 1975, il est devenu président du département Strafrecht, Strafvordering en Criminologie.

3

De cette trajectoire bigarrée, écrivait-on lors de son passage à l’éméritat (Robert, Cartuyvels, Digneffe, Pires, 1998, 12), il lui restera toujours une remarquable capacité à ne pas se laisser phagocyter par son objet d’étude, à résister aux ravages du fétichisme, à chercher à replacer le crime dans un contexte social et politique.

4

Il a été l’un des membres fondateurs de Déviance & Société.

5

Il a surtout été, entre 1976 et 1993, le premier président du Comité éditorial. Ce ne fut pas toujours une sinécure : malgré les liens d’amitié qui existent entre nous, les points de vue se sont souvent affrontés avec fougue ; maintes fois, il a fallu que Lode combine autorité et persuasion pour maintenir l’attelage sur la route. Son rôle dans le développement de la revue a été tellement essentiel que le comité lui a dédié en signe de gratitude un débat sur les fraudes communautaires et le droit pénal européen (Van Outrive, 1994). L’introduction à ce débat témoignait de l’importance du rôle de Lode Van Outrive : Cette présidence presque cachée joue un grand rôle dans le fonctionnement du comité et dans celui de la revue : elle soude les liens d’amitié, apaise les divergences, assure la mémoire du groupe et sa continuité, gère l’intégration des nouveaux membres. Elle est son ambassadrice, entre autres auprès de l’éditeur. Bref, c’est au président de veiller, avec discrétion mais aussi avec autorité, au bon fonctionnement de l’institution.

6

Après la fin de sa présidence, Lode a continué de longues années à participer activement et assidûment aux réunions et au travail éditorial. Nous pouvons témoigner de l’attachement qu’il avait pour ce groupe et de la peine qu’il a eue quand son état de santé ne lui a plus permis d’être aussi régulièrement présent aux réunions.

7

Lode Van Outrive a aussi pris une part active au contenu de la revue, principalement sur deux registres. D’une part, il aimait participer aux débats théoriques comme le montre par exemple son premier article sur interactionnisme et néo-marxisme (Van Outrive, 1977) ou sa contribution au dialogue instauré entre Christian Debuyst, Alvaro Pires, Philippe Robert et lui à partir d’un texte de Pires (Van Outrive, 1995 a et b). D’autre part, la police constituait le champ d’étude privilégié dans lequel il déployait sa compétence de sociologue du travail et des professions : il avait le souci de ponctuer et de stimuler le développement des recherches sur ce thème par d’amples synthèses sur l’état des connaissances. Sa compétence polyglotte, son œil de sociologue, son vaste réseau de relations dans le monde scientifique ont fait de ses actualités bibliographiques sur la police un outil modèle pour l’enseignement et la recherche  [1]   Sur les contributions touchant à la police, voy. Fijnaut,... [1] . C’est d’ailleurs sur ce thème qu’il était en train de travailler ces derniers mois à un ouvrage qui vient de sortir  [2]   Ponsaers, Tange, Van Outrive, 2009 ; il avait déjà... [2] . Outre ses deux registres principaux, ses contributions à Déviance & Société ont abordé des thèmes aussi variés que le travail au noir (Van Outrive, Cuypers, 1989) ou le blanchiment de l’argent sale (Van Outrive, 1995b).

8

Lode a également été un des membres fondateurs du GERN, le Groupe européen de recherches sur les normativités et, jusqu’à sa retraite, il a participé activement à ses instances dirigeantes. À ce titre, il a été au premier rang de tous les combats qu’il a fallu livrer pour permettre à ce réseau scientifique européen de vivre et de se développer.

9

Par la suite, il a continué à se rendre aussi longtemps qu’il l’a pu aux différents Interlabos. Depuis le début, il en avait d’ailleurs lui-même organisé plusieurs à son Université, à Leuven [3]   Par exemple sur le travail au noir, la collaboration... [3] , et nous gardons notamment le souvenir de celui qui avait célébré son passage à l’éméritat et la remise de l’ouvrage d’hommages que nous avions préparé pour lui : Politique, police et justice au bord du futur ; mélanges avec et pour Lode Van Outrive (Cartuyvels, Digneffe, Pires, Robert, 1998).

10

Le volet le plus marquant de son activité au sein du GERN a probablement été la direction de séminaires successifs qui ont fait le point, tout au long des décennies 1980 et 1990, sur le développement des recherches sur le crime et la justice en Europe. Les actes de ces séminaires (Robert, Van Outrive, 1993a & b, 1995 ; Van Outrive, Robert, 1999a & b) ont constitué de précieux bilans qui ont été traduits en plusieurs langues et que l’on trouve souvent cités. On peut témoigner de la somme de travail que Lode a investi dans la préparation de ces séminaires, dans l’animation des séances, dans la préparation des publications. Il a également dirigé avec Joanna Shapland un important séminaire européen consacré aux interactions entre police publique et sécurité privée (Shapland, Van Outrive, 1999).

11

Le rôle considérable qu’a tenu Lode dans la vie et le développement de notre groupe tient à sa capacité à combiner une grande puissance de travail, une forte ténacité dans ses entreprises, un enthousiasme réel pour les tâches de la vie scientifique mais en même temps une simplicité modeste, enfin une empathie dans les relations avec ses collègues, favorisés par ses vastes compétences linguistiques. Il n’est que juste de mentionner encore son constant souci des jeunes scientifiques : nombreux sont ceux qui ont été ses élèves, nombreux sont ceux qu’il a aidés à démarrer dans leur carrière universitaire.

12

Européen convaincu – comme on l’a vu par ailleurs lors de son mandat de député au Parlement européen (1989-1994) – il était à l’aise dans le développement d’un réseau scientifique européen ; il appréciait aussi de voir ce réseau étendre des ramifications outre-Atlantique en direction de collègues de Montréal et surtout d’Ottawa avec lesquels il avait noué, de longue date, des relations de travail et d’amitié.

13

Quand certains d’entre nous sont venus le voir, il y a quelques mois à peine, quand nous lui téléphonions depuis septembre dernier, nous le voyions déployer dans son dernier combat, sa lutte pied à pied avec la maladie, le même courage tranquille qu’il avait toujours montré dans la vie académique.

14

Pour beaucoup d’entre nous, Lode était non seulement un collègue estimé et écouté, mais aussi un ami.

15

C’est dire toute la part que nous prenons à la peine de Ria, de leurs enfants et de leurs petits-enfants.


Bibliographie

  • CARTUYVELS Y., DIGNEFFE F., PIRES A., ROBERT PH. (dir.), 1998, Politique, police et justice au bord du futur. Mélanges pour et avec Lode Van Outrive, Paris, L’Harmattan.
  • DE LAET C., VAN OUTRIVE L., 1984a, Recherche sur la police, 1978-1982, Déviance et Société, 8, 3, 267-294 ; 1984b, 8, 4, 377-414.
  • DECORTE T., VAN LAETHEM W., VAN OUTRIVE L., 1997, La police grise en Belgique : résultats d’une recherche, Déviance et Société, 21, 4, 365-382.
  • FIJNAUT C., VAN OUTRIVE L., 1978, Recherches sur la police, Déviance et Société, 2, 2, 215-228.
  • PONSAERS P., TANGE C., VAN OUTRIVE L., 2009, Regards sur la police ; Insights on police, Bruxelles, Bruylant.
  • RENAULT G., VANDERBORGHT J., VAN OUTRIVE L., 1996, La collaboration policière internationale en Europe, Déviance et Société, 20, 2, 173-192.
  • ROBERT PH., CARTUYVELS Y., DIGNEFFE F., PIRES A., 1998, Organiser un dialogue autour de et avec Lode Van Outrive, in CARTUYVELS Y., DIGNEFFE F., PIRES A., ROBERT PH. (dir.), Politique, police et justice au bord du futur. Mélanges pour et avec Lode Van Outrive, Paris, L’Harmattan, 11-16.
  • ROBERT PH., VAN OUTRIVE L. dir.), 1993a, Crime et Justice en Europe ; État des recherches, évaluations et recommandations, Paris, L’Harmattan.
  • ROBERT PH., VAN OUTRIVE L. (dir.), 1993b, Recerca, Delinqüencia I Justicia a Europa : Avaluacio I recomanacions, Barcelona, Centre d’Estudis Juridics.
  • ROBERT PH., VAN OUTRIVE L., COLL. JEFFERSON T., SHAPLAND J. (Eds), 1995, Research, Crime and Justice in Europe : An Assessment and some Recommendations, Sheffield, Centre for Criminological and Legal Research.
  • SHAPLAND J., VAN OUTRIVE L. (Eds), 1999, Police et sécurité ; Policing and Security. Contrôle social et interaction public/privé ; social control and the public/private divide, Paris, L’Harmattan.
  • VAN OUTRIVE L., Interactionnisme et néo-marxisme, une analyse critique, Déviance et Société, 1977, 1, 3, 253-289.
  • VAN OUTRIVE L., 1984, Questions cruciales, in Débat : Le contrôle de la protection de la vie privée, Déviance et Société, 8, 3, 297-301.
  • VAN OUTRIVE L., 1988, Une réglementation belge du secteur du gardiennage et de sécurité : question de (dé) légitimation, in Débat : les enjeux d’un contrôle étatique sur la secteur de la sécurité privée, Déviance et Société, 12, 4, 401-408.
  • VAN OUTRIVE L., 1992, La collaboration policière internationale en Europe, in Débat : la collaboration policière internationale, Déviance et Société, 16, 2, 203-208.
  • VAN OUTRIVE L., 1994, La fraude communautaire, une approche équivoque, in Débat en l’honneur de Lode Van Outrive : Fraudes communautaires et droit pénal européen, Déviance et Société, 18, 2 211-214.
  • VAN OUTRIVE L., 1995a, La criminologie et ses objets paradoxaux : la nouveauté doit se trouver ailleurs, in Débat : discussions autour d’une théorie du crime, Déviance et Société, 19, 3, 279-289.
  • VAN OUTRIVE L., 1995b, Un emplâtre sur une jambe de bois, in Débat : La lutte contre le blanchiment de l’argent ?, Déviance et Société, 19, 4, 371-377.
  • VAN OUTRIVE L., 2005, La nouvelle police belge : désorganisation et improvisation, Bruxelles, Bruylant.
  • VAN OUTRIVE L., CARTUYVELS Y., PONSAERS P., 1991, Les polices en Belgique. Histoire socio-politique du système policier de 1794 à nos jours, Bruxelles, Éditions Vie Ouvrière.
  • VAN OUTRIVE L., CUYPERS J., 1989, Travail au noir et position socio-économique, Déviance et Société, 13, 4, 281-300.
  • VAN OUTRIVE L., ROBERT PH. (dir.), 1999a, Crime et Justice en Europe depuis 1990 : état des recherches, évaluations et recommandations, Paris, L’Harmattan.
  • VAN OUTRIVE L., ROBERT PH. (dir.), 1999b, La investigacion sobre la delincuencia y el sistemo de justicia criminal en Europa (1990-1998), Revista catalana de seguritat publica, 5, 11-344.

Notes

[1]

Sur les contributions touchant à la police, voy. Fijnaut, Van Outrive, 1978 ; De Laet, Van Outrive, 1984 ; Van Outrive, 1992 ; Renault, Vanderborght, Van Outrive, 1996 ; Decorte, Van Laethem, Van Outrive, 1997 ; add. sur la sécurité privée : Van Outrive, 1988.

[2]

Ponsaers, Tange, Van Outrive, 2009 ; il avait déjà consacré au moins deux ouvrages à la police belge : Van Outrive, Cartuyvels, Ponsaers, 1991 ; Van Outrive, 2005.

[3]

Par exemple sur le travail au noir, la collaboration policière transfrontalière ou police et sécurité privée.

Pour citer cet article

« In memoriam Lode Van Outrive », Déviance et Société 1/ 2010 (Vol. 34), p. 3-6
URL : www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2010-1-page-3.htm.
DOI : 10.3917/ds.341.0003

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback