Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Sociologie

2016/3 (Vol. 7)


ALERTES EMAIL - REVUE Sociologie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 243 - 260 Article suivant

Résumé

Français

En réponse aux problèmes d’accès au logement, acteurs privés et publics proposent, en France, depuis au moins la fin de la Seconde Guerre mondiale, des habitats d’assistance, dont une caractéristique centrale est leur durée provisoire. Si nombre de ces habitats imposent un provisoire qui dure, l’hébergement d’urgence, gratuit et destiné aux personnes sans‑abri, impose quant à lui un temporaire qui se répète. La durée de séjour dans ces habitats faiblement conditionnels y est en effet très courte (entre une et sept nuits principalement), malgré les changements prévus par la loi DALO (2007). Cette temporalité du séjour en hébergement a pour conséquence une forte mobilité d’habitats des individus les plus précaires de la structure sociale. L’organisation d’un tel turnover et ses effets sur les temporalités quotidiennes des sans‑abri est conceptualisée dans cet article comme un fractionnement social. Ce type de relation d’assistance donne ainsi à voir un pouvoir distinct du modèle de l’institution totale. Mais, afin de ne pas réduire cette relation d’aide à un mécanisme déterministe, il s’agit de porter attention à la diversité des réactions à la fois des intervenants sociaux et des personnes sans‑abri. C’est à cette condition que les pratiques de cantonnement des contraintes temporelles imposées par ces hébergements peuvent être documentées.

Mots-clés

  • relation d’assistance
  • durée d’hébergement
  • temporalités
  • urgence
  • rotation

English

A study of social splitting Since the end of the Second World War, housing exclusion is ruled by a central standard time: The turnover of the poor inside the social services. The duration of stay in relief accommodations is indeed very often restricted. As many provisional social services last indefinitely, emergency shelters impose a duration that is temporary and repeated. The duration of stay in these shelters is indeed very short (mainly between one and seven nights), despite the changes planned by the DALO law (2007). This temporality of relief accommodation results in a high mobility for the most precarious individuals in the social structure. In this article, the concept of social splitting is proposed to name the organization of such a turnover and its effects on the daily temporality of the homeless. This model power is different from the total institution one. But, in order not to fall into a deterministic view, it is necessary to pay attention to the diversity of reactions to both social workers and homeless people, so that practices that border on social splitting in everyday life may be noticed and described.

Keywords

  • Social relief
  • duration
  • temporality
  • social emergency
  • turnover

Plan de l'article

  1. Le fractionnement social institué : le rationnement temporel de l’assistance
    1. Pratiquer le turnover au quotidien
    2. Alimenter au quotidien le fractionnement social : le turnover comme ressource
    3. La faible légitimité d’habitats d’assistance à durée indéterminée
  2. Le fractionnement social éprouvé : une mobilité contradictoire
    1. Tempo et rythme d’habitats désynchronisés
    2. Projections amputées
  3. Réactions : cantonner le fractionnement social
    1. Pratiques conformistes, tactiques de résistance, habituation
      1. Pratiques conformistes : jouer le jeu du suivi social
      2. Tactiques de résistance : conflits et antijeu
      3. L’habituation comme adaptation secondaire au turnover
    2. La bienveillance contrainte des intervenants sociaux
  4. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback