Accueil Discipline (Histoire) Revue Numéro Article

Vingtième Siècle. Revue d'histoire

2004/3 (no 83)



Article précédent Pages 95 - 95 Article suivant
1

Tandis que la guerre d’Algérie occupe régulièrement les devants d’une scène médiatique souvent trop friande de scandales, la connaissance historique de cette période progresse. L’ouverture d’une grande partie des archives publiques depuis juillet 1992 et le choix d’un nombre croissant d’étudiants pour l’étude de cette guerre ont porté leurs fruits depuis quelques années et permis d’éclaircir certains points peu connus comme l’histoire intérieure du FLN, sur laquelle le livre magistral de Gilbert Meynier a récemment apporté de nouveaux éclairages.

2

Dans ce dossier, Vingtième Siècle a voulu présenter un panorama, non exhaustif, des recherches récentes ou en cours. Si, dans la foulée de l’ouverture des archives du Service historique de l’armée de terre, les aspects militaires de la guerre ont été un temps privilégiés, les travaux présentés ici témoignent d’un retour à une approche plus civile et politique du conflit à partir d’archives renouvelées.

3

Ainsi les archives du ministère des Affaires étrangères permettent à Chantal Morelle de revisiter la question du rapatriement des harkis tel qu’il fut envisagé à partir de 1961. Quant à Ludivine Bantigny, en multipliant les sources, elle refuse d’enfermer les soldats du contingent dans leur fonction militaire pour faire apparaître la jeunesse alors présente sous les drapeaux. Aspect central des relations entre le civil et le militaire, Barbara Vignaux, enfin, s’est attaquée au cas de l’Agence France-Presse : l’information dans une guerre qui ne dit pas son nom y apparaît bien comme un espace symbolique des contradictions et des ambiguïtés du pouvoir politique que les journalistes purent alors exploiter.

4

Les archives françaises ont aussi permis d’affiner la connaissance du mouvement national algérien sur deux aspects essentiels que nos auteurs présentent ici : le pluralisme du nationalisme algérien avant 1954 et son devenir pendant la guerre, d’une part, la Fédération de France du FLN, d’autre part. Le premier point est éclairé par le travail de Malika Rahal qui s’attache à la figure d’‘Ali Boumendjel et à l’UDMA ; le second par deux chercheurs anglais, Jim House et Neil MacMaster, qui ont pu retracer, à travers les archives de la préfecture de police de Paris, la structuration de la Fédération de France dans les mois cruciaux de l’automne 1961 et mettre en relief l’importance de certains individus jusqu’alors peu connus.

5

Paradoxalement, à l’instar de l’histoire de la Fédération de France du FLN, la guerre en métropole constitue toujours aujourd’hui un champ de recherche à explorer. À travers l’étude des mobilisations ouvrières dans l’usine Renault de Billancourt, Laure Pitti témoigne d’articulations qui se nouent alors dans le monde ouvrier et dont la guerre aura été un catalyseur, essentiel à la compréhension des années suivantes.

6

Ces articles attestent finalement qu’un renouvellement historiographique est en marche sur la guerre d’Algérie. Au-delà de l’importance des archives et de leur accessibilité pour que la recherche avance, ils rappellent surtout la nécessité d’une inventivité problématique.

Pour citer cet article

Branche Raphaëlle, « Dossier : La guerre d'Algérie », Vingtième Siècle. Revue d'histoire 3/ 2004 (no 83), p. 95-95
URL : www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2004-3-page-95.htm.
DOI : 10.3917/ving.083.0095

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback