Accueil Revue À propos de Zilsel

Rédaction


  • Directeurs de la publication : Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin
  • Comité de rédaction : Nicolas Benvegnu, François Briatte, Isabelle Bruno, Guillaume Carnino, Béatrice Cherrier, Cynthia Colmellere, Denis Colombi, Marine Dhermy-Mairal, Christopher Donohue, Volny Fages, Jean Frances, Yann Giraud, Morgan Jouvenet, Olessia Kirtchik, Séverine Louvel, Sébastien Plutniak, Daniel Poitras, Manuel Quinon, Oliver Schlaudt, Émilien Schultz.
  • Coordination éditoriale : Louis Weber
  • Contacts : Carnet Zilsel (@CarnetZilsel & zilsel.hypotheses.org) Jérôme Lamy (@JeromeLamy79, jerome.lamy@laposte.net) Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin, arsaintmartin@gmail.com)
  • Secrétariat de rédaction : 15 bis, boulevard Gambetta, 77000 Melun

Objectifs

Science, technique et société : c’est un espace étendu dont la revue Zilsel proposera d’explorer les régions surpeuplées, les confins, les zones périphériques, les espaces désertés et les frontières. Revue semestrielle, Zilsel rendra compte des transformations passées et présentes des sciences et des techniques, qu’elles se situent du côté des sciences mathématiques, physiques, biologiques et d’ingénieur, ou du côté des sciences humaines et sociales, des humanités, des sciences juridiques ou économiques ; qu’elles relèvent aussi bien de savoir-faire incorporés que des artefacts, simples ou complexes, artisanaux ou industriels, obsolètes ou de pointe, dominants ou marginalisés. Zilsel s’intéressera aux savoirs et aux dispositifs techniques nouveaux qui apparaissent dans les radars de la sociologie, de l’histoire, de l’anthropologie ou de la philosophie des sciences et des techniques. Les analyses seront développées de telle sorte qu’elles puissent être lisibles au-delà des spécialistes des études sociales des sciences et techniques. Des articles critiques sur tel ou tel sujet débattu hors les murs des universités et des laboratoires pourront ainsi donner à réfléchir à quiconque s’intéresse à la vie intellectuelle.

Chaque numéro est composé de six rubriques, qui accueillent des textes de longueur variable et d’intentions spécifiques : Confrontations rassemble des articles « varias » qui rendent compte d’enquêtes et d’analyses originales aussi bien dans leur traitement que les perspectives théoriques. Les textes n’excéderont pas 65 000 signes.

La rubrique Frictions s’organise autour d’un sujet disputé. Les articles sont des prises de position argumentées et courtes (25 000 signes). La revue est à l’initiative mais est ouverte à toutes les bonnes idées de dossier.

La rubrique Libres échanges est réservée aux entretiens que l’équipe éditoriale réalise avec des auteurs dont elle apprécie et souhaite mettre en valeur les recherches. Les échanges visent notamment à éclaircir les liens entre trajectoires intellectuelles et travail d’enquête.

Friches accueille des analyses bibliographiques qui ont vocation à présenter des secteurs de recherche peu connus ou hélas délaissés. Les articles ne dépasseront pas 65 000 signes.

Classiques réédite des textes classiques de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie ou de la philosophie des sciences et des techniques. Les propositions de textes (traduits ou à traduire) doivent être accompagnées des droits d’édition et d’une présentation, en concertation avec la rédaction.

Enfin, la rubrique Critiques comprend des comptes rendus d’ouvrages qui peuvent être longs (35 000 signes) et argumentés dans le sens de la disputatio.


L’évaluation des articles publiés dans les rubriques Confrontations, Frictions et Friches est réalisée de manière ouverte. L’évaluateur connaît l’identité de l’auteur qu’il évalue, et vice versa. L’évaluation est la synthèse des relectures d’un membre de la rédaction et d’un évaluateur extérieur choisi par les responsables de publication. Les directeurs assurent un premier « filtre » avant la mise en œuvre de l’évaluation, puis ils accompagnent le processus jusqu’à son terme. L’auteur recevra les rapports d’évaluation, en plus d’une synthèse des directeurs de la publication. Trois situations sont possibles : acceptation directe, acceptation sous réserve de modifications, refus. Dans le deuxième cas, il sera nécessaire de reprendre la proposition. Avec leur accord le cas échéant, une discussion pourra s’engager avec les évaluateurs dans l’intérêt de l’article à soumettre de nouveau.

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback