Accueil Ouvrages Ouvrage Résumé

Les courtiers du capitalisme

2015

  • Pages : 464
  • ISBN : 9782748902396
  • Éditeur : Agone

ALERTES EMAIL - COLLECTION L’ordre des choses

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette collection.

Fermer

Chapitre précédent Pages 75 - 129 Chapitre suivant

Premières lignes

Pour répondre à ses besoins, la Commission a, dans une certaine mesure, sécrété une forme de représentation patronale spécifique et adaptée à ses logiques de fonctionnement. Elle a encouragé la formation d’organisations facilitant une prise de parole « européanisée » des milieux d’affaires. Ce lien a perduré dans le temps et ne s’est pas limité aux premières années de cette nouvelle administration....

Plan de l'article

  1. 1. Une représentation patronale en miroir des institutions de l’UE
    1. Du groupe informel à la confédération européenne
    2. Des permanents du monde des affaires face aux fonctionnaires de la Commission
  2. 2. L’explosion du lobbying à l’heure de l’Acte unique : quand les firmes s’approprient un accès direct à la Commission
    1. La mainmise des multinationales sur les fédérations bruxelloises
    2. Des représentants sommés de produire des résultats
    3. Tout sauf le dialogue social : un rapport à l’administration centré sur les enjeux commerciaux
  3. 3. Vendre l’accès à un huis clos administratif : l’émergence d’un marché de la représentation des intérêts économiques
    1. Des anciens du quartier européen qui « montent leur boîte » de consulting : monnayer une connaissance de la Commission
    2. Les chambres de commerce : une amplification des messages déjà portés auprès de la Commission
    3. Une course à la valorisation du capital bureaucratique qui avantage les business associations « historiques »
    4. L’avantage structurel des fédérations patronales vis-à-vis des ONG citoyennes

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback