Accueil Ouvrages Ouvrage Chapitre

Les pillards de la forêt

2003

  • Pages : 184
  • ISBN : 9782748900101
  • Éditeur : Agone

ALERTES EMAIL - COLLECTION Dossiers noirs

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette collection.

Fermer

Chapitre précédent Pages 17 - 18 Chapitre suivant
1

Tous les observateurs le savent : le saccage des forêts primaires d’Afrique centrale est infiniment plus rapide et radical que ne l’avouent les discours officiels et concertés des gouvernements africains et de leurs « bailleurs de fonds » occidentaux. Titillés par les mouvements écologistes, les seconds ont fait adopter aux premiers des réglementations politiquement correctes. Souvent impeccables, elles sont censées protéger l’écosystème et la biodiversité, garantir le « développement durable »I. Le résultat est exactement inverse.

2

Ce renversement ne surprendra pas ceux de nos lecteurs auxquels le double langage de la Françafrique est devenu familier. Il s’aggrave avec la montée exponentielle de la criminalité financière mondialisée. La destruction sans frein des forêts primaires est l’un des effets virulents d’une permissivité accrue : celle de diviser et conquérir le monde, de l’allotir en parts de butin. Les paradis fiscaux permettent de contourner toutes les règles. Leur argent sale achète en nombre croissant ceux qui sont chargés de faire appliquer la loi. Il peut actionner des sbires de tous ordres pour menacer ou châtier les récalcitrants ; il peut aussi déclencher des coups d’État ou des guerres civiles pour installer un pouvoir un peu plus compréhensif.

3

Plutôt que de théoriser une nouvelle fois sur ces mécanismes pervers, nous proposons ici plusieurs études de cas assez décoiffantes, où les opérateurs français occupent une place privilégiée. Arnaud Labrousse – un pseudonyme, on l’aura compris –, chercheur indépendant dont les enquêtes au Cameroun nous permirent de publier en 2000 un Dossier noir retentissant, Le Silence de la forêt, a depuis poursuivi et approfondi ses recherches. Plus polarisées cette fois sur les implications françaises, elles vont au plus concret du foisonnement françafricain : ce terreau corrupteur et corrompu « pourrit » donc aussi l’un des patrimoines les plus précieux de l’humanité, les forêts primaires équatoriales ; il est urgent de les qualifier de biens publics mondiaux, en association avec ceux qui y vivent – et en vivaient sans les anéantir.

4

Je suis heureux d’avoir essayé de rendre accessible à un large public l’entrelacs des connexions mises à jour par cet investigateur courageux. Cela devrait permettre aux Africains lésés et spoliés par un tel saccage, de même qu’aux citoyens du monde scandalisés par ce gâchis mafieux, de mieux comprendre ce qu’il s’agit de combattre.

Pour citer ce chapitre

Labrousse Arnaud, Verschave François-Xavier, « Introduction. Ratiboisement durable », Les pillards de la forêt, Marseille, Agone, « Dossiers noirs », 2003, p. 17-18.

URL : http://www.cairn.info/les-pillards-de-la-foret--9782748900101-page-17.htm


Chapitre précédent Pages 17 - 18 Chapitre suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback