Accueil Ouvrages Ouvrage Chapitre

Les pillards de la forêt

2003

  • Pages : 184
  • ISBN : 9782748900101
  • Éditeur : Agone

ALERTES EMAIL - COLLECTION Dossiers noirs

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette collection.

Fermer

Chapitre précédent Pages 19 - 20 Chapitre suivant
1

La méthode inductive d’Arnaud Labrousse n’est pas d’un abord aisé aux esprits cartésiens. Il ne part pas d’un tronc doctrinal majestueux pour en déduire les racines, ou le feuillage, il plonge dans le fouillis de la réalité, part d’un acteur et en explore chaque fois les connexions. De proche en proche, il dessine un arbre, parfois aussi enchevêtré qu’un palétuvier dans la mangrove : pour sa finance et sa comptabilité, le monde des exploitants et profiteurs de la forêt aime les frontières imprécises entre la terre ferme et l’offshore, attiré qu’il est par les océans de liquidités.

2

À force de répéter ses exercices botaniques, Arnaud Labrousse nous dévoile une logique globale, celle d’un partage du monde où la dérégulation dénude les pays conquis de leurs dernières lois et protections. Quand les résistances civiques, locales ou internationales, se font trop vives, les bandes organisées (réseaux politico-financiers, cercles d’initiés, clans, mafias) laissent s’installer de nouveaux règlements mais en organisent le contournement, tout en s’assurant que les sanctions restent faibles, inapplicables ou inappliquées.

3

L’approche d’Arnaud Labrousse a quelque chose de pictural. Les couleurs vives de ses descriptions résultent, comme celles des icônes, de la superposition des couches. Il faut donc se laisser entraîner dans la multiplicité des faits, des acteurs et des firmes, pour être peu à peu « impressionné » par la perversion du système à l’œuvre. Certains auront besoin de plusieurs lectures, même si l’on s’est efforcé de faciliter la première traversée. Il en est de cette écriture comme de certains films, qu’il est bon de revoir après une première imprégnation.

4

Des constantes s’imposeront au lecteur : règle et mépris de la règle ; enrichissement privé des responsables publics ; foisonnement d’intermédiaires interlopes, dealers de transgression. La Françafrique, archaïque ou modernisée, prête ses ramifications à des acteurs aux nationalités très diverses : ici encore, on observera sa mutation progressive en Mafiafrique.

5

Pour une meilleure compréhension du texte, seule une partie des liens qui établissent l’insertion de cette destruction des forêts dans un système plus vaste a été conservée. Cette prédation n’est pas isolée : un régime qui laisse (ou que l’on a contraint de laisser) piller son bois laissera aussi piller son pétrole, ses diamants, son ivoire, etc. Les prédateurs de ces diverses matières premières possèderont souvent des liens entre eux. Leurs réseaux ou circuits financiers ont commencé d’être décrits dans les publications antérieures d’Agir ici et Survie [1][1] Lire en particulier [ED] et [NS].. Le lecteur entreverra ces connexions. Les militants ne devraient pas les oublier lorsqu’ils bâtissent des dispositifs pour arrêter le massacre.

Notes

[1]

Lire en particulier [ED] et [NS].

Pour citer ce chapitre

Verschave François-Xavier, « Mode d’emploi », Les pillards de la forêt, Marseille, Agone, « Dossiers noirs », 2003, p. 19-20.

URL : http://www.cairn.info/les-pillards-de-la-foret--9782748900101-page-19.htm


Chapitre précédent Pages 19 - 20 Chapitre suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback