Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2012/10 (N° 317)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 49 - 49 Article suivant

Une récente étude souligne les forts contrastes de taux de pauvreté entre les cent plus grandes villes de l'Hexagone.

1

Roubaix, Aubervilliers et Saint-Denis de la Réunion ont en commun de compter parmi leurs habitants plus d'un tiers de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté [1][1] Seuil de pauvreté : en France, une personne peut être.... Un constat révélé par la récente étude du Centre d'observation et de mesure des politiques d'action sociale (Compas).

2

Cette évaluation porte sur les cent plus grandes communes de France et s'appuie sur des données fiscales communiquées par l'Insee pour 2009. Même si l'étude ne prend pas en compte les prestations locales qui varient d'un territoire à l'autre (le Compas se contente d'appliquer un montant uniforme), c'est l'image d'une France des villes particulièrement inégalitaire qui se dessine. Ainsi, 46 % de la population roubaisienne vit en dessous du seuil de pauvreté, alors que ce taux tombe à 7 % à Neuilly-sur-Seine ou à Versailles, soit très en deçà du taux de pauvreté moyen pour la France, estimé par le Compas à 15 %.

Hétérogénéité des causes

3

Selon l'étude, la pauvreté se concentre dans les grandes villes, qui ne regroupent qu'un cinquième de la population totale mais rassemblent un tiers des ménages pauvres. Ces résultats viennent nuancer le discours selon lequel le taux de pauvreté serait le plus important dans les territoires périurbains ou ruraux. Toutefois, ces villes pauvres ne forment pas un groupe homogène. Si certaines communes affichant des taux de pauvreté supérieurs à la moyenne nationale, comme Lille (27 %) ou Strasbourg (24 %), connaissent un réel dynamisme économique, ce n'est pas le cas de Calais ou de Mulhouse, d'anciennes villes industrielles en proie à de grandes difficultés économiques. Ou de communes périphériques comme Aubervilliers et Vénissieux, qui accueillent des populations défavorisées chassées de Paris et de Lyon par les prix des logements.

4

En effet, la concentration de ménages pauvres est aussi liée aux capacités d'accueil dans des logements à prix modéré. En 2009, seule un peu plus de la moitié des villes respectaient l'obligation d'avoir 20 % de logements sociaux sur leur territoire. Cette offre trop faible rejette dans les périphéries les populations les plus pauvres. Ce phénomène n'est malheureusement que très partiellement pris en compte par l'étude, qui ne considère pas les communes de moins de 50 000 habitants.

5

Enfin, les villes d'outre-mer présentent des taux de pauvreté très élevés. Un phénomène lié à la faiblesse du tissu économique. Ces territoires affichent d'ailleurs une forte dépendance à l'égard des prestations sociales (près de 30 % des revenus en 2010).

Des vécus divers

6

Pour calculer le taux de pauvreté dans les villes des départements d'outre-mer (DOM), le Compas utilise le niveau de vie médian de la France entière et non celui des DOM, comme le fait l'Insee. Cette méthode tend à minorer la diversité des situations réellement vécues. La pauvreté ne se vit pas de la même manière sur tout le territoire. Le coût de la vie n'étant pas le même partout, vivre en dessous du seuil de pauvreté s'avère plus difficile dans certaines villes, comme Paris, que dans d'autres.


Bibliographie

  • www.compas-tis.fr/download/compas_etudes_2_aout_2012.pdf

Notes

[1]

Seuil de pauvreté : en France, une personne peut être considérée comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 803 ou 964 euros (données 2010) selon que le seuil de pauvreté est fixé à 50 % ou à 60 % du niveau de vie médian (niveau qui partage la population en deux, la moitié gagnant plus et l'autre moitié moins)

Plan de l'article

  1. Hétérogénéité des causes
  2. Des vécus divers

© Altern. économiques, 2012

Pour citer cet article

Belliard David, « Inégalités : cartographie de la pauvreté urbaine », Alternatives économiques, 10/2012 (N° 317), p. 49-49.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2012-10-page-49.htm


Article précédent Pages 49 - 49 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback