Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2012/12 (N° 319)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 6 - 6 Article suivant

Ça tangue. Selon toute vraisemblance, l'économie française est entrée en récession en cette fin d'année 2012, et 2013 se présente sous de très mauvais auspices : les suppressions d'emplois devraient continuer de plus belle, le chômage poursuivre son inexorable progression, le pouvoir d'achat fléchir davantage encore…

1

Avec, à la clef, un risque non négligeable de voir les taux d'intérêt sur la dette française se tendre à leur tour du fait des inquiétudes suscitées par cette dégradation de l'activité - c'est l'une des raisons pour lesquelles l'agence Moody's vient de dégrader la note de la France. Cela dans un contexte européen où non seulement les pays périphériques en crise continuent de s'enfoncer dans la récession et la désespérance, mais où le géant allemand lui-même est désormais affecté à son tour par un net ralentissement de son économie. Il n'est pas sûr malheureusement que cette donne nouvelle chez notre voisin facilite les choses en Europe. Au contraire.

Définir un cap

2

Pour pouvoir traverser cette mauvaise passe, il faudrait au moins que les Français y voient clair sur la route qu'entend suivre le chef de l'Etat. Or, force est de constater, six mois après son élection, que la politique qu'il met en place est difficile à lire.

3

Dans un premier temps, le gouvernement avait accordé la priorité absolue à la réduction rapide des déficits malgré l'évidente dégradation de la conjoncture et les multiples avertissements qui lui avaient été adressés au sujet des risques que cela impliquait pour l'économie hexagonale. Il paraissait ainsi prendre son parti d'une hausse rapide du chômage en 2013, même si celle-ci devrait être un peu amortie par une relance des emplois aidés. Au moins cette action avait-elle été engagée avec un souci réel de justice sociale, en faisant peser l'essentiel de l'ajustement budgétaire sur les plus aisés et les grandes entreprises.

4

Mais il a suffi de quelques semaines et d'un peu d'agitation du côté des "pigeons" et autres lobbies patronaux pour que, dans la foulée du rapport Gallois, le gouvernement consente un cadeau fiscal de 20 milliards d'euros aux entreprises, et ce sans contrepartie. Cette opération est certes programmée selon des modalités astucieuses qui limitent l'impact négatif à court terme des hausses des prélèvements sur les revenus des ménages prévues pour financer cette mesure. Il n'en reste pas moins que la politique gouvernementale en devient du coup illisible, car paraissant suivre des logiques contradictoires. Chacun mesure la dureté des temps et l'étroitesse des marges de manoeuvre, mais raison de plus pour définir un cap clair et s'y tenir, car rien ne pourra se faire sans l'adhésion et l'engagement des citoyens et des salariés.

Plan de l'article

  1. Définir un cap

© Altern. économiques, 2012

Pour citer cet article

Duval Guillaume, « Où va la France ? », Alternatives économiques, 12/2012 (N° 319), p. 6-6.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2012-12-page-6.htm


Article précédent Pages 6 - 6 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback