Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2012/2 (N° 310)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant

La TVA sociale n'aurait rien d'amical à l'égard de nos voisins européens avec lesquels nous sommes censés rechercher une solution plus solidaire à la crise.

1

Se présentant comme le défenseur d'une république assiégée par des maux venus d'ailleurs, Nicolas Sarkozy s'est engagé à protéger les Français des menaces qui les guettent jusqu'à la dernière minute de son mandat. A commencer par les effets de la crise européenne et de la concurrence internationale auxquels il compte opposer à la hussarde une ultime salve de réformes plus ou moins improvisées.

2

On ne saurait nier que la crise charrie chaque jour son lot de dégâts économiques et sociaux. Les chiffres du chômage ne cessent hélas de le confirmer. Mais les multiples sommets européens dont le chef de l'Etat brandit à chaque fois les conclusions comme une victoire décisive sur l'adversité et les divisions sont loin d'y apporter une réponse crédible. Au contraire, la sévère leçon de rigueur portée conjointement par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy risque fort de compromettre une activité économique déjà bien mal en point. Leur zèle en la matière a même fini par effrayer les agences de notation et une partie des milieux financiers pourtant prompts habituellement à dénoncer le laxisme des Etats.

3

On ne peut nier non plus que la concurrence internationale soit responsable de nombreuses destructions d'emplois industriels. On a souvent considéré dans le passé que celles-ci résultaient en réalité davantage du progrès technique et des gains de productivité. Ce n'est manifestement plus l'explication principale. Dans ces conditions, s'il y a de bonnes raisons de repousser un protectionnisme hexagonal de courte vue, il y en a aussi d'excellentes pour exiger davantage de loyauté dans l'échange et un plus grand respect des normes sociales et environnementales de la part des principaux pays émergents. Mais ce n'est pas le report de quelques points de cotisations sociales sur la TVA qui permettra une réindustrialisation durable de notre pays. Une telle mesure risque surtout de déprimer un peu plus l'activité à court terme. En outre, cette TVA dite " sociale " n'aurait rien d'amical à l'égard de nos partenaires européens avec lesquels nous sommes justement censés rechercher une solution plus solidaire à la crise.

4

Curieusement, il est une forme de protection dont on parle beaucoup moins ces temps-ci. Elle consiste à se protéger d'abord les uns les autres, c'est-à-dire à payer les uns pour les autres, que ce soit par le truchement des cotisations sociales ou par celui de l'impôt. Nombreux sont ceux qui pensent que cette protection-là est au contraire une charge qu'il faut d'urgence alléger sous peine de sombrer sous son poids excessif. C'est ne pas voir que cette solidarité constitue aussi un formidable atout économique : des femmes et des hommes mieux prémunis contre les aléas de l'existence, plus sécurisés et mieux formés sont aussi plus efficaces, plus mobiles et plus autonomes. Avant de partir en campagne contre l'extérieur, essayons déjà de mieux utiliser les ressources de la solidarité intérieure, d'en faire un instrument plus efficace d'investissement dans les personnes et dans l'avenir.


© Altern. économiques, 2012

Pour citer cet article

Pech Thierry, « Protéger », Alternatives économiques 2/2012 (N° 310) , p. 5-5
URL : www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2012-2-page-5.htm.


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback