Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2013/12 (N° 330)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

Les Français sont de mauvaise humeur. Depuis la rentrée, chaque semaine voit naître un nouveau mouvement qui vient ajouter sa pierre au mur des mécontentements : des bonnets rouges mobilisés contre l'écotaxe et ses portiques sur les routes de Bretagne, aux bonnets blancs des ambulanciers hostiles à l'augmentation du taux intermédiaire de TVA, en passant par les artisans, les restaurateurs, les policiers... Le moins que l'on puisse dire est que l'ambiance est lourde.

2

Bien sûr, ces mouvements ne s'additionnent que dans les médias. Dans la réalité, loin de former un choeur uni, ils sont parcourus d'importantes divergences d'intérêts. Difficile de faire durablement défiler côte à côte patrons et employés, artisans hostiles à l'augmentation de la TVA et employeurs désireux d'empocher le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice) financé par... l'augmentation de la TVA ! Et même si les hausses d'impôts semblent être le fil rouge de tous ces mouvements, le fameux "ras-le-bol fiscal" labellisé et consacré par le ministre de l'Economie en personne n'explique pas tout. L'écotaxe, par exemple, n'a été que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase des licenciements et des fermetures d'usines en Bretagne.

3

Il reste que ces mouvements racontent un moment singulier de notre vie démocratique. Un moment caractérisé d'abord par un fort sentiment d'usure sociale dans un pays harassé par cinq années de crise économique. Ni plus ni moins que ses voisins, dira-t-on, et même plutôt moins que ses voisins quand on y regarde de près. Certes, mais il n'empêche : le chômage grandit, la pauvreté progresse, les défaillances d'entreprises se succèdent et les espoirs de voir ces tendances s'inverser rapidement s'amenuisent. Bien sûr, les indicateurs économiques ne sont pas tous aussi sombres qu'il y a un an, mais leur amélioration est à la fois trop lente et trop modeste pour apaiser les impatiences et contenir les insatisfactions.

4

Ce moment est également caractérisé par une confusion politique d'un niveau rarement égalé. Celle d'un exécutif qui peine à clarifier et à assumer ses objectifs, qui fait une politique de l'offre tout en tâchant de ménager la chèvre et le chou. Et qui promet une remise à plat du système fiscal qu'il aurait sans doute dû faire au début de son mandat, afin de rendre plus lisible les hausses d'impôts auxquelles il a dû procéder.

5

Mais la confusion ambiante est aussi le fait d'une droite de gouvernement qui n'offre pas de véritable alternative et qui tarde à sortir de ses querelles de leadership, ouvrant du même coup un boulevard au Front national dans de nombreux territoires.

6

Il serait grand temps de dissiper ce double brouillard et de redonner de la lisibilité au débat politique. Des visions concurrentes, fortes et crédibles de l'intérêt général sont le carburant naturel de la démocratie. Elles permettent d'inscrire les passions politiques dans le langage articulé des propositions de gouvernement et de les soumettre à la délibération collective.


© Altern. économiques, 2013

Pour citer cet article

Pech Thierry, « Sortir du brouillard », Alternatives économiques, 12/2013 (N° 330), p. 5-5.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2013-12-page-5.htm


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback