Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2013/12 (N° 330)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 6 - 6 Article suivant
1

A peine plus d'un an après avoir été élu, François Hollande est donc devenu le chef de l'Etat le plus impopulaire de toute la Ve République. A sa décharge, il faut reconnaître qu'il est toujours difficile d'être populaire lorsqu'on se donne comme objectif prioritaire de rétablir l'équilibre des comptes publics, puisque cela implique d'augmenter les impôts en même temps qu'on réduit les dépenses.

2

Ceux - nombreux - qui approuvaient en théorie une telle priorité avant l'élection et qui y voyaient même un gage de sérieux et de crédibilité découvrent brusquement qu'eux-mêmes, ou les structures auxquelles ils appartiennent, vont y laisser quelques plumes. Que ce soit en tant que contribuables, fonctionnaires ou encore bénéficiaires de telle ou telle prestation sociale ou subvention. Leur enthousiasme se mue alors rapidement en scepticisme quand ce n'est pas en franche hostilité. D'autant qu'on a quasiment toujours le sentiment, dans ces cas-là - et il peut être justifié -, qu'une injustice est commise parce que telle ou telle autre catégorie de la population est moins mise à contribution que soi-même. Notamment quand, faute d'harmonisation fiscale en Europe, il reste compliqué de rétablir une véritable progressivité de l'impôt et d'obliger les multinationales à verser, elles aussi, leur écot à l'effort commun.

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

3

Mais si la mise en oeuvre d'une telle stratégie rencontre autant de critiques aujourd'hui, c'est aussi parce qu'on peut légitimement douter que le jeu en vaille véritablement la chandelle. Jamais personne, en effet, n'a réussi à se désendetter dans un contexte de faible croissance et de quasi-déflation comme celui qu'organisent structurellement les règles qui régissent actuellement l'espace économique européen. On peut également douter qu'au final, une telle politique puisse aboutir à autre chose qu'à un appauvrissement global du pays et à une remise en cause des systèmes de solidarité progressivement mis en place, en France comme ailleurs, pour tenter de dompter un capitalisme qui, livré à lui-même, broie les sociétés et les individus qui les composent.

4

Comment ne pas constater les énormes dégâts sociaux et économiques entraînés par les politiques prônées depuis trois ans dans les pays de la zone euro en crise, sans que ceux-ci voient le bout du tunnel en matière d'endettement public ? Et comment s'enthousiasmer pour les succès d'un modèle allemand obtenus au prix d'une hausse spectaculaire de la pauvreté et des inégalités, et d'un formidable déséquilibre démographique, faute de dépenses collectives suffisantes ? On peut se demander s'il ne s'agit pas simplement d'engager la France à son tour dans la course au moins-disant social commencée au sud de l'Europe depuis trois ans.

5

Bref, l'exécutif français a ses responsabilités dans le marasme actuel, mais le contexte européen n'aide vraiment pas. Et on peut douter que François Hollande parvienne à redresser la barre dans l'Hexagone s'il ne réussit pas à changer significativement la donne au niveau des Vingt-Huit.

Plan de l'article

  1. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

© Altern. économiques, 2013

Pour citer cet article

Duval Guillaume, « Chômage, impôts, croissance zéro : et si tout n'était pas de sa faute ? », Alternatives économiques, 12/2013 (N° 330), p. 6-6.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2013-12-page-6.htm


Article précédent Pages 6 - 6 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback