Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2013/2 (N° 321)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

Il y a eu cinquante ans le mois dernier, l'Allemagne et la France signaient le traité de l'Elysée : ces deux pays qui s'étaient si souvent combattus décidaient ainsi de s'unir pour oeuvrer à la paix et à la prospérité sur le continent. Mais passées les célébrations officielles, cet anniversaire doit être surtout l'occasion d'un profond examen de conscience, de part et d'autre du Rhin.

2

Dans le couple franco-allemand, chacun porte en effet le poids de ses contradictions. Paris continue ainsi de caresser des rêves dont il refuse de payer le prix. Il récuse l'idée d'un "gouvernement par les règles" au profit d'un pouvoir européen discrétionnaire capable de s'adapter aux circonstances. Mais il n'est pas prêt à consentir les abandons de souveraineté nécessaires à l'émergence d'un tel pouvoir. Du coup, par deux fois déjà, en 1994 et en 2012, la France a refusé la main tendue de l'Allemagne pour avancer sur le chemin d'une union politique plus poussée.

3

De son côté, l'Allemagne rumine ses griefs contre des voisins jugés laxistes, sans reconnaître les bénéfices qu'elle a tirés de la monnaie unique ces dix dernières années. Sa volonté d'imposer partout des politiques d'ajustement budgétaires rapides et des réformes structurelles drastiques contribue puissamment à étouffer l'activité dans une zone euro qui compte déjà 19 millions de chômeurs. Une stratégie qui risque fort au final de se retourner contre Berlin.

4

Bien sûr, la France et l'Allemagne peuvent toujours se féliciter d'avoir sauvé l'euro à force de concessions mutuelles, mais en réalité l'Union européenne est très loin d'être sortie de la crise économique qui s'est ouverte en 2008. Les récents chiffres de la croissance outre-Rhin - où le PIB a reculé de 0,5 % au dernier trimestre 2012 et ne devrait pas progresser de plus de 0,4 % en 2013 - rappellent qu'en dépit de ses succès commerciaux, l'Allemagne elle-même va devoir gérer un sérieux ralentissement.

5

Le contexte immédiat autant que le sens de l'histoire appellent une réorientation du logiciel européen et donc du couple franco-allemand. Sinon la zone euro risque de faire les frais de son entêtement dans l'orthodoxie, alors même qu'avec des résultats économiques moins négatifs qu'on ne le croit souvent, elle pourrait fort bien procéder à une relance coordonnée... si elle avait la volonté et les moyens de cette coordination. Avec une dette publique et un déficit commercial autrement plus importants, les Etats-Unis privilégient, eux, la lutte contre le chômage, quitte à laisser leur monnaie se déprécier et à imposer ainsi un nouveau choc de compétitivité aux Européens.

6

Quant au sens de l'histoire, il commande de se mettre sans attendre au travail pour affronter la transition écologique, tant sur le plan énergétique que sur le plan de la nécessaire réforme de nos modes de production et de consommation. Il y a là du pain sur la planche pour encore cinquante ans de collaboration active. A supposer bien sûr que les dirigeants français et allemands d'aujourd'hui se montrent aussi capables de surmonter leurs divisions que leurs illustres devanciers.


© Altern. économiques, 2013

Pour citer cet article

Pech Thierry, « Noces d'or ? », Alternatives économiques, 2/2013 (N° 321), p. 5-5.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2013-2-page-5.htm


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback