Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2014/3 (N° 333)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

Les élections municipales sont le premier rendez-vous de la gauche au pouvoir avec les urnes depuis le printemps 2012. Un rendez-vous à haut risque si l'on en juge par le niveau de popularité du chef de l'Etat et de son Premier ministre, qui flirtent dans les sondages avec les plus bas historiques de la Ve République. Il n'est pas sûr cependant que les citoyens souhaitent transformer cette échéance en un référendum pour ou contre l'exécutif actuel. Aux municipales, les Français votent également, et souvent d'abord, en fonction des nombreux enjeux locaux : transports, projets d'infrastructure, impôts locaux, ramassage scolaire, logement, gestion de l'eau, etc. Et ils ont raison, car c'est bien à ce type de dossiers que les quelque 36 000 maires et leurs conseillers municipaux vont devoir consacrer leurs efforts pendant six longues années. Une tâche d'autant plus cruciale que le dynamisme des territoires est une composante déterminante du dynamisme de l'économie dans son ensemble . Leur capacité à entrer dès maintenant et de plain-pied dans la transition écologique sera en particulier une condition centrale de la réussite de celle-ci.

2

On aurait tort pourtant de sous-estimer le lien entre la conjoncture nationale et les contextes locaux qui présideront au choix des citoyens. Car les difficultés rencontrées dans les communes sont aussi bien souvent l'ombre portée sur les territoires de la crise économique qui affecte le pays dans son ensemble. Cette crise et les maux qui l'accompagnent mettent en effet à rude épreuve la cohésion territoriale et, du même coup, la cohésion sociale du pays. On ne vit pas ces épreuves de la même manière, on n'est pas également exposé au risque de perdre son emploi ou de voir son entreprise faire faillite, selon que l'on habite dans le centre d'une grande ville où l'activité s'est plutôt maintenue, ou aux abords d'une ville moyenne où la crise a donné le coup de grâce à un tissu productif souvent déjà nécrosé par la désindustrialisation.

3

Certains territoires ont manifestement été plus épargnés que d'autres, et la crise a beaucoup creusé les inégalités territoriales. Il y a, au final, peu de points communs aujourd'hui entre la réalité vécue par les habitants des grandes villes et celles que connaissent les villes petites et moyennes. De même qu'entre le centre des grandes agglomérations, où se regroupent le plus souvent les catégories les plus favorisées, et leurs périphéries, où l'augmentation des prix du logement a repoussé les classe populaires et les franges les plus modestes des classes moyennes.

4

C'est pourquoi, même s'il doit s'interpréter d'abord localement, le résultat des élections municipales devra également faire l'objet d'une lecture plus globale. Car il offrira aussi, à n'en pas douter, une photographie significative de l'état des déchirures territoriales et des tensions sociopolitiques qu'elles engendrent, bientôt six ans - la durée d'un mandat municipal - après le déclenchement de la plus grave crise économique de l'après-guerre.

Alternatives Economiques


© Altern. économiques, 2014

Pour citer cet article

« Le local et le global », Alternatives économiques, 3/2014 (N° 333), p. 5-5.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2014-3-page-5.htm


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback