Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2015/2 (N° 343)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 98 - 98

Planche à billets

1

En décidant de se porter acquéreur de 60 milliards d'euros de titres chaque mois durant quinze mois, la Banque centrale européenne a montré sa volonté de soutenir l'économie européenne et de réduire le coût des dettes publiques. Qui aurait pensé, voici encore deux ans, que Mario Draghi obtiendrait le soutien unanime de son conseil pour faire marcher la planche à billets ? Ce qui était hier inenvisageable, est devenu aujourd'hui une mesure de bon sens... Qu'il nous soit permis cependant d'exprimer aussi quelques réserves. Il n'est pas acquis que ces 1 000 milliards d'euros viennent nourrir le crédit aux ménages et aux entreprises. Ils pourraient bien nourrir de nouvelles bulles financières. Par ailleurs, cela ne devrait pas suffire à relancer l'activité économique dans la zone euro. Or le désaccord demeure complet sur les politiques à mener en parallèle. Pour certains, il faut poursuivre sans relâche les fameuses "réformes de structure" (en clair, continuer de couper dans les budgets sociaux et la protection du travail au nom de la compétitivité) ; pour d'autres, l'urgence est de mener des politiques moins restrictives. La balance, pour l'instant, penche encore en faveur des premiers. Un débat qui n'oppose pas seulement les économistes, mais aussi les gouvernements. Il est temps cependant pour eux, dans l'intérêt de l'Europe tout entière, de sortir d'une vision étroite de leurs intérêts nationaux. N'est-ce-pas Mme Merkel ?

Syriza

2

Dans un tel contexte, la victoire électorale de la gauche radicale en Grèce n'est pas seulement une bonne nouvelle pour les Grecs, mais pour l'ensemble de l'Europe. Les politiques imposées au pays depuis 2010 ont fait baisser d'un quart le PIB et provoqué une explosion du chômage et de la pauvreté. Il est plus que temps de rompre avec une thérapie de choc qui, en plus, échoue à stabiliser le poids d'une dette qui atteint désormais 175 % du PIB ! La première tâche du nouveau gouvernement va donc être de négocier avec ses créanciers une réduction de la charge de cette dette. De quoi renouer avec une politique budgétaire et salariale moins restrictive, dont les effets économiques et sociaux ne peuvent être que positifs. Reste à en convaincre les partenaires du pays, dès lors que le nouveau gouvernement entend demeurer au sein de l'Union comme de la zone euro. Un compromis devrait néanmoins être dégagé parce que Syriza dispose d'une forte légitimité, parce que ce n'est pas l'intérêt des partenaires de la Grèce de provoquer une nouvelle crise en Europe et parce qu'il n'y a pas d'autre issue réaliste. Les difficultés qui attendent Alexis Tsipras ne se limitent cependant pas aux relations entre la Grèce et le reste de l'Europe. Le nouveau chef du gouvernement a devant lui un immense chantier : imposer au pays une modernisation que ses prédécesseurs n'ont pas pu, ou voulu, mettre en oeuvre. Il est temps que les grandes fortunes grecques soient imposées - et notamment les armateurs -, que l'Eglise orthodoxe cesse d'échapper à l'impôt et que l'ajustement des dépenses publiques se fasse sur les dépenses militaires et non sur l'éducation et le social. Bon courage !

Fonctionnalité

3

Le développement de l'économie de fonctionnalité est incontestablement une des voies à suivre pour réduire l'impact environnemental de nos modes de consommation. De quoi s'agit-il ? De privilégier l'usage des biens, plutôt que leur possession, ce qui permet de produire autant de bien-être tout en mobilisant moins de matières et d'énergie. Le développement du covoiturage et de l'autopartage en fournit des exemples dans le domaine du transport. Certains offreurs de biens d'équipement proposent également de louer les machines qu'ils produisent. De quoi les inciter à fabriquer des équipements à longue durée de vie et aisément réparables. Une logique qui mériterait d'être étendue à nombre de biens d'équipement ménager. Le développement de la location peut cependant se révéler parfois moins vertueux sur le plan écologique, quand il est mis au service d'un renouvellement accéléré du bien loué. C'est le cas notamment avec certaines offres concernant les téléphones mobiles et autres tablettes, où le client se voit proposer de disposer en permanence d'un produit de la dernière génération. L'économie de fonctionnalité devient alors au contraire complice d'une obsolescence programmée destructrice.

Plan de l'article

  1. Planche à billets
  2. Syriza
  3. Fonctionnalité

© Altern. économiques, 2015

Pour citer cet article

Frémeaux Philippe, « Le bloc-notes de février 2015 », Alternatives économiques, 2/2015 (N° 343), p. 98-98.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2015-2-page-98.htm


Article précédent Pages 98 - 98
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback