Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2015/3 (N° 344)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

Ainsi Manuel Valls envisage de revenir sur les 35 heures. La gauche ajouterait donc sa propre couche aux multiples opérations de détricotage déjà menées par la droite depuis 2002. Et pas n'importe laquelle : sous réserve d'inventaire, il s'agirait de facto de supprimer l'encadrement national du temps de travail en renvoyant la question à la négociation d'entreprise. Dans le contexte actuel, on ne voit guère comment cela ne pourrait pas déboucher sur un allongement généralisé de ce temps de travail, compte tenu du chantage à l'emploi que ne manqueront pas d'opérer les chefs d'entreprise. Et il ne s'agit pas là d'un reproche à leur égard : ils auraient tort de se gêner si la loi les y autorise !

2

En 2050, quand les spécialistes commenceront à étudier l'histoire de la France du début du XXIe siècle, ils se poseront certainement une question qui devrait susciter nombre de thèses et de colloques tant elle est intrigante : comment se fait-il que l'idée bizarre qu'on allait résoudre le problème du chômage de masse en allongeant le temps de travail de ceux qui ont déjà un emploi ait pu s'imposer aussi facilement ? Pas seulement chez des chefs d'entreprise qui ont le nez dans le guidon, ce qui les empêche de considérer l'ensemble de l'économie et de la société. Ni au sein d'une droite qui a toujours estimé que "c'était mieux avant", quand il n'y avait pas tout ce droit du travail, cette protection sociale... Mais aussi au sein même d'une gauche qui avait pourtant constamment porté depuis deux siècles, et avec succès, la réduction du temps de travail. Et cela pas uniquement en vue de régler des questions d'emploi et de chômage, mais aussi et surtout pour "ne pas perdre sa vie à la gagner".

3

Soyons un peu sérieux : avec plus de six millions d'inscrits à Pôle emploi et des perspectives de croissance très limitées, l'heure n'est évidemment pas à rallonger le temps de travail de ceux qui ont déjà un emploi, mais au contraire à trouver le moyen de reprendre la marche en avant de sa réduction. Ce n'est certes pas facile, et il faut à coup sûr s'y prendre tout à fait autrement qu'en 1998, mais c'est la seule voie qui mérite d'être tentée. Pour la gauche comme pour le pays.


© Altern. économiques, 2015

Pour citer cet article

Duval Guillaume, « Soyons sérieux ! », Alternatives économiques, 3/2015 (N° 344), p. 5-5.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2015-3-page-5.htm


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback