Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2015/3 (N° 344)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 98 - 98

Violence

1

La courbe du chômage ne s'est donc pas inversée en 2014. En revanche, une autre courbe l'a fait et c'est une bien mauvaise nouvelle : le nombre de tués sur les routes s'est accru de 3,7 %, alors qu'il baissait chaque année depuis plus de quarante ans. Premières victimes, les cyclistes et les piétons, pour lesquels le nombre de décès a augmenté de 8 %. Il est curieux de constater que les morts de la route, dans notre civilisation de la bagnole, sont considérés sinon comme une fatalité, tout au moins comme un tribut à payer pour les facilités offertes par la voiture. Or, s'il est un domaine où l'action publique peut améliorer notre bien-être individuel et collectif de manière spectaculaire, c'est celui-là. Qu'on y pense : 8 160 personnes sont mortes sur la route en 2001, elles n'étaient plus "que" 4 273 en 2009 et 3 268 en 2013. Plus de 40 000 morts ont ainsi été évités en à peine plus de dix ans ! Essentiellement grâce aux mesures prises pour modifier le comportement des conducteurs : radars routiers, lutte contre l'alcool au volant, etc.

2

Notre société s'émeut, non sans raisons, des homicides volontaires, mais leur nombre est désormais inférieur à 600 par an, soit près de six fois moins que les morts de la route. Les chiffres 2014 montrent qu'il ne faut pas relâcher les efforts car tout relâchement tue.

Macron

3

La loi Macron justifiait-elle une telle opposition de la part des "frondeurs" ou s'agissait-il d'un round de chauffe en prévision du congrès à venir dans les prochains mois ? A lire le texte de la loi, on peut se poser la question. Certes, son inspiration est clairement libérale, mais tout cela reste plutôt modéré. Les dispositions concernant le travail du dimanche ? Elles ne vont pas révolutionner la donne. On ne pleurera pas sur la disparition de la postulation, qui imposait aux avocats plaidant dans un autre barreau de verser un droit de péage à un avocat local, ou sur la disparition des privilèges des greffiers des tribunaux de commerce. La libéralisation du transport par autocar, à l'heure de BlaBlaCar, semble plutôt une bonne chose au vu des tarifs de la SNCF. Quant à la simplification des procédures prud'homales, elle n'est pas forcément à rejeter compte tenu des délais actuels. Au fond, c'est moins le projet Macron auquel les "frondeurs" auraient dû s'opposer, qu'au fait qu'il semble devenu le principal projet de ce gouvernement, alors qu'il n'aura pas d'effets significatifs sur l'emploi et l'activité. Dans un moment où la droite extrême frôle les 30 % dans les sondages préélectoraux, il y a de quoi s'inquiéter de voir le gouvernement persister à tout attendre d'une reprise dont les effets ne se manifesteront au mieux qu'en 2016, et encore de manière homéopathique.

Emploi

4

Le nombre de gens vivant sous le seuil de pauvreté vient d'atteindre 12,5 millions de personnes. Où ça ? En Allemagne, en dépit du faible taux de chômage et d'une politique économique et sociale toujours citée en exemple pour avoir rétabli la compétitivité du pays. Il n'y a pas lieu de s'en réjouir, d'autant que la situation, en France, n'est guère plus brillante en raison du chômage. A regarder de plus près le marché du travail outre-Rhin, on constate que le bas niveau du chômage est moins lié au dynamisme de l'industrie - qui ne crée plus d'emplois -, qu'au développement du secteur des services. En caricaturant, le travailleur bien payé de l'industrie - un homme généralement - consomme des services à bas prix parce qu'assurés par des personnes mal payées et précaires - généralement des femmes.

5

Comme si la seule voie du plein-emploi, dans une société de faible croissance, résidait dans le développement des inégalités et dans l'acceptation du fait qu'il vaudrait mieux un petit boulot mal payé que pas de boulot du tout. C'est l'alternative que nous proposent tous ceux qui dénoncent la soi-disant "préférence française pour le chômage" et qui suggèrent de baisser le Smic afin de permettre aux plus aisés de consommer des services à la pelle. Rassurez-vous, il existe un autre modèle, il passe seulement par plus d'égalité et de solidarité, et un peu de partage du travail.

Plan de l'article

  1. Violence
  2. Macron
  3. Emploi

© Altern. économiques, 2015

Pour citer cet article

Frémeaux Philippe, « Le bloc-notes de mars 2015 », Alternatives économiques, 3/2015 (N° 344), p. 98-98.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2015-3-page-98.htm


Article précédent Pages 98 - 98
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback