Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2015/4 (N° 345)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 98 - 98

Conjoncture

1

La reprise est là. La croissance devrait atteindre 1 % cette année en France, et accélérer en 2016, à 1,5 %, sous l'effet de la politique de taux bas de la Banque centrale européenne, de la baisse du taux de change de l'euro et du faible prix du pétrole. La crise est cependant encore loin d'être derrière nous : la zone euro n'a toujours pas retrouvé son niveau d'activité de 2007. Le chômage demeure à un niveau colossal dans toute l'Europe du Sud, surtout pour les jeunes. En France même, le fameux retournement de la courbe ne devrait pas intervenir avant fin 2016, sauf mesures audacieuses en matière de politiques de l'emploi.

2

De fait, le policy mix européen demeure restrictif : l'Europe, prise dans son ensemble, produit plus qu'elle ne consomme. A l'inverse des Etats-Unis, qui demeurent le "demandeur mondial en dernier ressort". Notons ici que la reprise américaine se fait cependant sur un mode qui ne rompt pas avec la logique à l'origine de la crise des subprime : des gains de productivité faibles dont le bénéfice est capté par une petite minorité, des créations d'emplois sans réelle progression des salaires, une consommation qui repose sur une montée de l'endettement des ménages et une exubérance boursière à la merci d'un retournement des taux d'intérêt. A croire qu'on ne peut sortir d'une crise qu'en préparant la suivante.

Défi

3

Le débat médiatique sur la lutte contre le chômage oppose trop souvent deux postures intellectuelles qu'on pourrait qualifier, en caricaturant (un peu), de "keynésienne simpliste" et de "libérale bornée". La première considère qu'il suffit d'accroître la demande globale pour relancer l'investissement, renouer avec de forts gains de productivité et avec une croissance forte et durable. Comme s'il n'était pas établi qu'un tel scénario n'est pas possible, parce que les ressorts de la croissance d'hier ne sont plus au rendez-vous, ni même souhaitable, en raison des défis écologiques auxquels nous sommes confrontés.

4

En face, les libéraux bornés ânonnent sans relâche qu'il suffirait de faire des "réformes de structure" pour que tout aille mieux. En clair, déréguler le marché du travail, diminuer le salaire minimum et tailler dans la protection sociale. De quoi créer des emplois en dépit d'une faible croissance, notamment dans les services, mais au prix d'un fort creusement des inégalités, qui ne peut que dégrader encore un peu plus la cohésion de notre société, déjà mal en point. Toute la difficulté est de dépasser cette alternative pour aller vers un modèle écologiquement et socialement soutenable.

Démocratie

5

Les élections départementales ont au final mieux mobilisé les électeurs qu'attendu. On nous annonçait une abstention record au motif que les compétences des départements n'étaient pas encore définitivement fixées. Comme si les électeurs, lors des scrutins précédents, avaient été parfaitement au fait de ces compétences ! Surtout, il est d'ores et déjà établi que les nouveaux conseils départementaux vont conserver l'essentiel des compétences des ex-conseils généraux, notamment en matière sociale : aide aux personnes âgées en perte d'autonomie, aide aux personnes en situation de handicap, lutte contre l'exclusion. En fait, le nouveau mode de scrutin a plutôt ravivé l'intérêt porté à ces élections : à la différence des élections cantonales, qui ne renouvelaient que la moitié des cantons tous les trois ans, les élections départementales ont concerné la France entière, à l'exclusion de Paris et de la métropole lyonnaise [1][1] Dont les élus ont la double compétence municipale et.... De quoi donner au scrutin une dimension à la fois locale et nationale.

6

Sur ce dernier plan, la leçon est claire : si le Front national n'a pas atteint le niveau que lui accordaient certains sondages, il réussit une performance inquiétante qui témoigne de sa capacité à capter l'insatisfaction d'une large partie de l'électorat, face à des partis de gouvernement alternativement englués dans les contraintes de la gestion et face à une gauche de la gauche qui ne parvient plus à incarner l'espoir.

Notes

[1]

Dont les élus ont la double compétence municipale et départementale. Pas de vote non plus en Guyane et en Martinique, qui constituent désormais chacune une collectivité unique qui sera élue lors des régionales en décembre prochain.

Plan de l'article

  1. Conjoncture
  2. Défi
  3. Démocratie

© Altern. économiques, 2015

Pour citer cet article

Frémeaux Philippe, « Le bloc-notes d'avril 2015 », Alternatives économiques, 4/2015 (N° 345), p. 98-98.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2015-4-page-98.htm


Article précédent Pages 98 - 98
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback