Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2015/9 (N° 349)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 98 - 98

Zéro chômeur

1

Alors que le nombre de chômeurs de longue durée dépasse les 2,3 millions, la timidité de la reprise appelle des mesures alternatives pour relancer l'emploi. C'est dans cet esprit que Laurent Grandguillaume, député PS de Côte-d'Or, a présenté le 16 juin dernier une proposition de loi d'expérimentation de "territoires zéro chômeur de longue durée". Portée par différentes associations de lutte contre les exclusions, et notamment ATD Quart Monde, cette proposition consiste à "recycler les dépenses affectées à la lutte contre l'exclusion au profit du financement d'emplois durables". Il s'agit de transférer, sur un territoire donné, les dépenses d'accompagnement des chômeurs de longue durée vers le financement d'emplois locaux répondant à des besoins non satisfaits, l'Etat récupérant au passage le surplus de recettes fiscales généré par ces nouveaux emplois.

2

L'idée paraît tellement lumineuse qu'on se demande pourquoi elle n'a pas été mise en oeuvre plus tôt ! C'est que toute la difficulté est de s'assurer que les emplois ainsi subventionnés ne viennent pas se substituer à d'autres, engendrant au final un effet d'aubaine au bénéfice des entreprises, sans guère faire baisser le chômage. C'est pourquoi la plupart des grands programmes d'emplois aidés demeurent réservés au secteur public et aux associations. Le pilotage local permettra-t-il de dépasser cette difficulté ? Réponse à l'automne.

Ajustement

3

L'Espagne est aujourd'hui présentée comme l'exemple d'une politique d'ajustement réussie. Le pays renoue avec la croissance. Le chômage baisse. Un rebond en partie porté par les exportations et par la bonne santé de l'industrie touristique, qui profite des difficultés d'autres destinations. La réalité est cependant moins rose. Le taux de chômage demeure supérieur à 20 %. Et, certes, les exportations espagnoles se sont accrues, mais les importations repartent également de plus belle. Moyennant quoi, le problème numéro un du pays n'est pas résolu : toute reprise dégrade les comptes extérieurs, alors même que l'Espagne est l'un des pays les plus endettés du monde. La croissance passée du pays s'est en effet accompagnée de déficits extérieurs massifs et persistants, rendus supportables par les facilités apportées par l'appartenance à la zone euro.

4

Rien de très étonnant au retour de ces déficits extérieurs : baisser brutalement les coûts internes et déréguler le marché du travail ne suffisent pas à ramener un pays sur le chemin d'une croissance équilibrée. Au-delà de la compétitivité-coût, diversifier le tissu productif suppose de développer compétences, outils financiers, institutions adaptées, etc. Tout cela ne se fait pas en un jour. On ne peut donc attendre de l'Espagne qu'elle renoue rapidement avec une croissance soutenue, un haut niveau d'emploi et des comptes courants équilibrés. Surtout quand cette même appartenance à l'euro, en surévaluant les coûts internes, a freiné le développement de l'appareil productif national. La seule solution est donc d'accepter l'idée que cette situation sera durable, tout en s'efforçant de créer les conditions permettant d'en sortir progressivement.

Maillon faible

5

Les difficultés bien réelles des éleveurs de porcs et des producteurs de lait illustrent ce que sont devenus trop d'exploitants agricoles aujourd'hui : des travailleurs indépendants à domicile, pris en tenaille entre les fournisseurs d'aliments en amont et les industriels en aval. Le bas niveau actuel des prix (entraîné notamment par la fermeture de certains débouchés, alors que la production s'accroît ailleurs en Europe) ne leur permet plus de couvrir leurs coûts. Et cela, d'autant plus qu'au nom même de la course à la productivité, ils se sont souvent endettés lourdement afin d'acquérir les installations nécessaires pour élever toujours plus de bêtes à moindres coûts. Sans même parler des effets de cette logique en termes de bien-être animal, de qualité des produits et de conséquences sur l'environnement, on constate à quel point elle enferme les agriculteurs dans une fuite en avant sans issue.

Plan de l'article

  1. Zéro chômeur
  2. Ajustement
  3. Maillon faible

© Altern. économiques, 2015

Pour citer cet article

Frémeaux Philippe, « Le bloc-notes de septembre 2015 », Alternatives économiques, 9/2015 (N° 349), p. 98-98.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2015-9-page-98.htm


Article précédent Pages 98 - 98
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback