Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2016/1 (N° 353)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 98 - 98

Naissance

1

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a décidé, à l'occasion de la naissance de sa fille, de verser progressivement 99 % de sa fortune à une fondation caritative. Après Bill Gates et Warren Buffet, les multimilliardaires américains font décidément assaut de générosité. On dira bien sûr qu'ils feraient mieux de commencer par payer des impôts là où ils développent leurs activités au lieu de localiser leurs profits dans des paradis fiscaux. Mais essayons d'aller plus loin.

2

Ces donations s'inscrivent dans une tradition américaine qui admire la réussite économique et vénère la morale. John D. Rockefeller l'avait bien compris, quand, en 1913, il créa la fondation qui porte son nom pour éviter le démantèlement de la Standard Oil, accusée alors de se comporter en prédateur monopolistique. Bill Gates et Mark Zuckerberg ont tous deux créé des entreprises devenues des quasi-monopoles mondiaux. Au-delà du talent de leurs fondateurs, leur fortune a été portée par la mondialisation. Une mondialisation qui leur a permis d'étendre leur activité à l'ensemble de la planète tout en affaiblissant les Etats. Logiquement, ces nouveaux maîtres du monde cherchent à légitimer leur position en redistribuant à l'humanité ce que celle-ci leur a permis d'accumuler.

3

Et nos milliardaires ? Bernard Arnault et François Pinault préfèrent l'art moderne, un art financé par les ultrariches et admiré par des classes moyennes souvent moutonnières. Logique, quand on a fait fortune en vendant du luxe au plus grand nombre.

Anniversaire

4

Le 7 janvier marquera le premier anniversaire de la tuerie de Charlie Hebdo et de l'assassinat de Bernard Maris. On se réjouirait cependant plus des nombreux hommages qui lui sont rendus si sa parole était mieux entendue. La gauche se déchire sur l'économie, entre politique de l'offre et soutien à la demande. Et si la question n'était pas seulement de discuter de la meilleure façon de faire repartir l'activité, mais de remettre l'économie à sa place, parce que ce qui compte vraiment est ailleurs ? Il faut certes réduire le chômage, puisque revenu et emploi vont de pair, mais cela ne suffira pas. L'extrême droite et la droite qui la copie l'ont bien compris en nous proposant de défendre l'identité nationale. On ne sait s'il faut rire ou pleurer quand on voit les héritiers des opposants de toujours aux luttes des femmes pour leurs droits instrumentaliser l'égalité hommes-femmes et la laïcité pour justifier leur hostilité à nos compatriotes issus de sociétés musulmanes. Face à ceux qui défendent une vision fantasmée d'une identité perdue pour rassurer ceux qui s'inquiètent de voir le monde changer sans comprendre où il va, l'enjeu est bien de redonner le goût d'un avenir commun à tous ceux qui font la France d'aujourd'hui. On ne tombe pas amoureux d'un taux de croissance, disait-on en mai 1968. Cela demeure vrai en 2016.

Chapeau

5

Louis Gallois et Carlos Tavares, les dirigeants de PSA, ont décidé fin 2015 de réformer le système de retraites chapeaux du groupe, pour en corréler le montant aux résultats de l'entreprise. De quoi dégager de substantielles économies qui seront, assurent-ils, redistribuées à l'ensemble des salariés. La démarche ne nous surprendra pas de la part d'un Louis Gallois qui avait déjà renoncé à sa retraite chapeau quand il présidait EADS et dont l'engagement personnel au côté des plus démunis - il préside la Fnars - mérite le respect. Carlos Tavares, de son côté, aurait également fait observer, selon le quotidien Les Echos[1][1] Du 17 décembre 2015., que les dirigeants devaient s'associer aux efforts des salariés alors que les salaires sont bloqués depuis deux ans. Comme quoi on peut être un manager compétent et ne pas se penser seulement comme le fondé de pouvoir des actionnaires, mais aussi comme le dirigeant d'une communauté de salariés. Mais rassurez-vous, même chez PSA, les revenus des dirigeants resteront plus corrélés aux profits de l'entreprise qu'à l'évolution des salaires !

Notes

[1]

Du 17 décembre 2015.

Plan de l'article

  1. Naissance
  2. Anniversaire
  3. Chapeau

© Altern. économiques, 2016

Pour citer cet article

« Le bloc-notes de janvier 2016 », Alternatives économiques, 1/2016 (N° 353), p. 98-98.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2016-1-page-98.htm


Article précédent Pages 98 - 98
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback