Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives économiques

2016/4 (N° 356)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives économiques

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 98 - 98

Retournement

1

Le taux de chômage devrait revenir à 9,9 % fin juin 2016, après s'être stabilisé à 10 % en décembre dernier. Pas de quoi pavoiser, mais la baisse est engagée, en dépit de la timidité de la reprise. Mais si l'emploi croît, c'est aussi que la productivité ne progresse que très peu. Est-ce un problème ? Pas vraiment dans l'économie d'aujourd'hui. Prenons l'Internet collaboratif. Il nous permet d'accéder gratuitement à la culture ou de substituer l'usage des biens à leur possession. De quoi vivre mieux en produisant moins. Résultat : notre qualité de vie est en partie découplée de l'activité. Une bonne nouvelle alors qu'il faut réduire la consommation de ressources. Plutôt que de s'échiner à mesurer le produit intérieur brut (PIB) ou la productivité, mieux vaudrait donc observer si chacun accède ou pas à une alimentation saine, à un logement décent, aux soins de santé, à la mobilité ou à l'éducation, et cela, de manière soutenable et inclusive. C'est le sens de la loi sur les nouveaux indicateurs de richesse votée l'an passé à l'initiative de la député écologiste Eva Sas.

2

Quel rapport avec le chômage ? Il tient au fait qu'une économie à faible productivité et à haut niveau d'emplois peut se décliner de multiples manières. Les Etats-Unis ou, plus près de nous, l'Allemagne montrent qu'un chômage faible n'empêche pas une montée des inégalités, la forte intensité en emplois de certains services allant de pair avec de très bas salaires. A l'heure où, en France, nos dirigeants nous serinent que mieux vaut n'importe quel travail que pas de travail du tout, il serait bon d'y réfléchir. Non pas pour se satisfaire de la situation présente, mais pour rappeler que l'enjeu n'est pas de créer des emplois à tout prix. Il est d'accroître l'intensité en emplois de l'économie tout en réduisant les inégalités.

Novlangue

3

"La guerre, c'est la paix ; la liberté, c'est l'esclavage" : dans son roman 1984, Georges Orwell décrit une société totalitaire où la propagande officielle inverse le sens des mots. Que dirait-il aujourd'hui ? Déjà, depuis quelques décennies, le mot réforme a perdu son sens positif, pour devenir synonyme de remise en cause des acquis sociaux. Puis le terme délicieux de "plan social" est venu désigner les licenciements collectifs. On atteint aujourd'hui le summum quand Pierre Gattaz, le président du Medef, appelle à "sécuriser le licenciement". En clair : réduire les garanties dont disposent les salariés face au risque d'arbitraire patronal.

Russie

4

La chute du prix du pétrole et les sanctions occidentales imposées à la Russie plongent le pays dans la récession : après une baisse de l'activité de près de 4 % en 2015, aucun espoir de reprise ne se profile pour 2016. Rien de bien surprenant dans ce pays trop pourvu en ressources naturelles, où la meilleure façon de s'enrichir consiste à bénéficier d'amitiés au plus haut niveau pour capter une part de la rente. L'incapacité du pays à bâtir une économie de marché diversifiée sur les ruines de l'ancienne économie planifiée va ainsi de pair avec son échec à passer du totalitarisme à la démocratie.

5

La gestion autoritaire imposée par Poutine depuis son accès au pouvoir n'a pas permis au potentiel du pays de se révéler, faute d'avoir établi un véritable état de droit. Le retour à l'ordre mis en oeuvre par cet ex-agent du KGB a été parfois salué par les nostalgiques de l'URSS comme une étape nécessaire dans ce pays sans tradition démocratique. En pratique, Poutine a fait de son pays une sorte d'émirat pétrolier fortement dépendant de l'extérieur.

6

Paradoxalement, la situation présente, si elle aggrave les difficultés des Russes, est plutôt une bonne nouvelle pour la Russie. Elle est en effet contrainte de développer la production interne faute d'être à même d'importer. Une substitution que facilite la chute du rouble. Le pays dispose pour cela d'atouts considérables : une main-d'oeuvre plutôt qualifiée, un potentiel scientifique et technique élevé et une société qui ne demande qu'à se mettre en mouvement si on lui en laisse la liberté.

Plan de l'article

  1. Retournement
  2. Novlangue
  3. Russie

© Altern. économiques, 2016

Pour citer cet article

Frémeaux Philippe, « Le bloc-notes d'avril 2016 », Alternatives économiques, 4/2016 (N° 356), p. 98-98.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-economiques-2016-4-page-98.htm


Article précédent Pages 98 - 98
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback