Accueil Magazine Numéro Résumé

Alternatives Internationales

2008/9 (n°40)



Article précédent Article suivant

Premières lignes

En 2005, les Etats membres de l'ONU ont consacré la responsabilité de protéger les populations civiles en cas de génocides et autres violences de masse. Cette notion est-elle le prolongement du droit d'ingérence ? Et constitue-t-elle un progrès ?Reed Brody. C'est un progrès conceptuel. D'abord, l'ingérence met l'accent sur le "droit" des Etats à intervenir dans les affaires d'un autre, alors que la...
© 2010-2017 Cairn.info