Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives Internationales

2012/12 (N° 57)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives Internationales

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 48 - 48 Article suivant
1

Ils sont timides les députés, vous ne pouvez pas savoir… On ne croirait pas lorsque sur les estrades électorales, ils haranguent le moindre électeur qui passe. Ou sur les marchés quand ils font copain comme cochon avec un charcutier qu'ils n'avaient jamais croisé de leur vie, et qu'ils embrassent comme du bon pain des enfants méfiants devant cet inconnu capable de leur piquer l'argent des commissions. Et bien, ces mêmes parlementaires hâbleurs, charmeurs, un peu soûlants même, avant d'avoir conquis leur siège, amenez leur un ministre, et les voici saisis de timidité maladive. Prenons une séance parlementaire. Une séance de commission, c'est plus intime qu'une plénière. Donc le 22 novembre dernier, les commissions de la défense et des affaires étrangères de l'Assemblée nationale recevaient ensemble Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense qui venait leur causer du rapport annuel sur les exportations d'armement de la France. Alors, ça ne va pas trop mal : 6,5 milliards et demi de commandes en 2011 contre 5,1 l'année d'avant. Mais pour 2012, a prévenu le (prudent) ministre, ça ne sera pas peut-être pas mirobolant. Les gros contrats, c'est dur à décrocher pour nos industriels… D'autant que certains de nos vieux bons clients en matière d'armement, la Grèce au hasard, ont désormais des soucis pour faire leurs commissions.

2

Puis sont venues les questions. Élisabeth Guigou a eu le droit d'être dans les premières vu qu'elle préside la commission des affaires étrangères. Comme avant, elle a été ministre, elle est moins timide que les débutants. Donc elle en a posé une question intéressante, et un peu chafouine aussi, sacrée Élisabeth… Elle a rappelé qu'une position commune, donc contraignante  [1][1] La France et la position commune de l'Union européenne..., adoptée par l'Union européenne en 2008, inclut le respect des droits de l'Homme parmi les critères que les États membres s'engagent à respecter quand ils examinent les demandes d'exportations d'armement. Mais ce n'est pas facile de distinguer bien nettement un régime qui respecte les droits de l'Homme d'un qui ne le fait pas. Il y a des zones grises… Où donc la France place-t-elle le curseur, a demandé Dame Guigou ? Alors Jean-Yves Le Drian a pris la parole. Mais il n'a pas vraiment répondu. Il a juste parlé des partenariats stratégiques de la France avec ses quatre principaux clients entre 2002 et 2011 (par importance décroissante) : l'Arabie saoudite, le Brésil, l'Inde, les Émirats arabes unis. Et de préciser que nous avons "bien souvent" avec eux une communauté de valeurs, en citant "ces deux grandes démocraties que sont l'Inde et le Brésil". Ah bon, mais les autres ? Les deux partenaires de Golfe ? On n'a pas de communauté de valeurs alors ? C'est pourtant important les valeurs chez nous. Le futur président Hollande l'a dit quand il était encore sur une estrade électorale au Bourget, le 22 janvier 2012. Il a livré la liste des "fondements du génie français, qui sont l'esprit de liberté, la défense des droits de l'Homme, l'attachement à la diversité culturelle et à la francophonie". Du "génie français", carrément. Si ce ne sont pas des valeurs, ça… Après Élisabeth Guigou, d'autres députés ont eu le droit de poser des questions à M'sieur Le Drian qui était un peu pressé. Et ils en avaient, les bougres. Sur comment on décroche des contrats bien gros, sur nos concurrents qui arrivent sournoisement à vendre des matériels moins performants que les nôtres, sur le redressement productif des industries d'armement (coucou Arnaud !) et l'emploi qui va avec… Bon, mais sur le curseur d'Élisabeth ? Nada, nichts, nothing, rien du tout. C'est fou d'être timide à ce point-là quand on représente la Nation. Est-ce quelqu'un a le portable de Montesquieu ? J'ai une question à lui poser sur la séparation des pouvoirs.

Notes

[1]

La France et la position commune de l'Union européenne [http://goo.gl/wj5ra], Ministère des affaires étrangères.


© Altern. économiques, 2012

Pour citer cet article

Malpensado Arturo, « Le mauvais "génie français" », Alternatives Internationales, 12/2012 (N° 57), p. 48-48.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-internationales-2012-12-page-48.htm


Article précédent Pages 48 - 48 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback