Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives Internationales

2014/3 (N° 62)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives Internationales

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Article précédent Pages 27 - 27 Article suivant
1

L'Europe va-t-elle manquer de bras ? En pleine crise, avec un chômage de près de 11 % dans l'Union, la question peut paraître déplacée. Anachronique aussi, vu les inquiétants réflexes de fermeture que l'on observe en Suisse, au Royaume-Uni et aussi en France. Et pourtant, le Vieux Continent se fait de plus en plus vieux. Des gouvernements font grise mine devant la pyramide des âges qui vide les écoles et gonfle les pensions de retraite. Des employeurs s'inquiètent déjà de ne pas parvenir à pourvoir certains postes alors que la concurrence mondiale fait rage. C'est parce que vous payez mal, rétorquent les syndicats qui craignent le dumping salarial (lire p. 29). En partie sûrement, mais cela n'explique pas tout et partout. Même des experts indépendants (lire p. 28) qui interrogent les partenaires sociaux, identifient des pénuries de main-d'oeuvre qu'une immigration de travail accrue serait à même de combler en partie. Une immigration de travail qui pour l'heure en France représente chaque année la portion congrue des nouveaux résidents, loin derrière deux entrées de droit sur le territoire (le regroupement familial et la libre circulation au sein de l'Union européenne), mais devant une autre (l'asile politique).

Une décision politique de long terme

2

Faire venir de nouveaux travailleurs immigrés, plutôt que de mobiliser en priorité les ressortissants du pays et les migrants déjà présents, est un choix politique autant qu'économique. Qui doit en juger et selon quels critères ? Le marché surtout, avec les risques que cela comporte (lire p. 30) ? Ou l'État, et dans ce cas, peut-il sélectionner les postulants selon des critères transparents ? (lire p. 31) Ne faut-il pas donner à des candidats à l'immigration l'opportunité de venir prospecter sur place le marché du travail en Europe ? De fait, concurrence internationale pour les cerveaux oblige, certains pays offrent des visas de recherche d'emploi aux étudiants les plus diplômés (lire p. 33). Pour les postes les moins qualifiés en revanche, c'est souvent à l'immigré de se débrouiller pour entrer, plus ou moins légalement, en Europe, trouver du boulot (au noir souvent), puis le cas échéant, tenter de se faire régulariser si le pays d'accueil finit par reconnaître qu'il remplit un besoin essentiel. En prenant soin, des personnes âgées de plus en plus nombreuses, par exemple (lire p. 34).

3

Faire venir de nouveaux travailleurs immigrés n'est pas seulement un choix ponctuel. C'est une responsabilité de long terme. Celle de permettre aux nouveaux arrivants de s'intégrer dans le pays d'accueil. Car les migrants ne sont pas des pièces que l'on déplace à loisir sur un échiquier. Hausse du chômage ou pas, la plupart ne repartiront pas vers le pays d'origine (lire p. 35-36). Parce que la situation y est encore moins enviable. Ou simplement parce qu'ils ont fondé une famille là où ils vivent.

4

Si son taux de fécondité se maintient dans les années à venir, la France sera peut-être moins confrontée que ses voisins à des pénuries de main-d'oeuvre (lire p. 38). Quelle que soit sa politique migratoire, elle devra, contrairement au passé, la concevoir en pensant à l'intégration des migrants dès leur accueil sur son sol.

Plan de l'article

  1. Une décision politique de long terme

© Altern. économiques, 2014

Pour citer cet article

Mens Yann, « Immigration : faut-il ouvrir les frontières ? (introduction au dossier) », Alternatives Internationales, 3/2014 (N° 62), p. 27-27.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-internationales-2014-3-page-27.htm


Article précédent Pages 27 - 27 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback