Accueil Magazines Magazine Numéro Article

Alternatives Internationales

2015/3 (N°66)


ALERTES EMAIL - MAGAZINE Alternatives Internationales

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de ce magazine.

Fermer

Pages 5 - 5 Article suivant
1

François Hollande est un comique. Ceux qui l'ont approché vous le diront : c'est un homme qui a toujours eu le talent de la saillie rigolarde, du trait vachard qui fait s'esbaudir. Bien sûr, depuis qu'il s'est lancé dans la conquête de cette fonction, empreinte de sacré monarchique, qu'est la Présidence de la République Française et qu'il l'exerce avec des lunettes nouvelles, il doit retenir ses flèches humoristiques. Mais c'est plus fort que lui, il ne peut pas s'empêcher d'en balancer, de manière subliminale, dans des discours les plus arides. Comme celui du 19 février dernier consacré à la dissuasion nucléaire, sujet qui n'évoque pourtant pas la galéjade. Au milieu de considérations rituelles selon lesquelles il est légitime que la France dispose de la bombe pour défendre sa liberté, contrairement à la quasi-totalité des pays de la planète, il a lâché sa petite vanne : "la course aux armements a repris dans de nombreuses régions du monde, avec une augmentation importante, rapide même, des dépenses militaires et des arsenaux, dans un contexte de montée des tensions. Il y a des États qui investissent dans des technologies, qui peuvent être de nature à fragiliser les équilibres stratégiques que nous connaissons. Plusieurs développent même, des logiques d'influence, de menaces, dans leur environnement proche, terrestre ou maritime".

2

À première vue, c'est vrai, il n'y a pas de quoi s'esclaffer. Cela ne devient vraiment comique que quand on rapproche cette harangue du top 10 des clients de la France en matière d'armement entre 2004 et 2013, tels que listés dans le dernier rapport sur ces délicates exportations. On y trouve premier rang, et loin devant, l'Arabie Saoudite, suivie de l'Inde, du Brésil et des Émirats Arabes Unis. Sauf erreur, il y a deux pays dans ce quartet qui sont situés en plein Moyen Orient, région que nous ne qualifierons pas de tranquille, et qui sont de surcroît des régimes pas du tout démocratiques. Un autre, qui l'est en revanche, peut être décrit comme une puissance militaire nucléaire (non-signataire du Traité de Non-Prolifération), en relations, disons tendues, avec son voisin (pakistanais), également doté du pétard suprême. Si l'on poursuit le Top Ten, on tombe sur la Russie, très réputée pour sa retenue militaire en ce moment. Même sans les porte-hélicoptères Mistral que la France n'a pas renoncé à lui livrer… Tout ça, évidemment, ne tient pas compte de la vente toute fraîche, et pour la première fois à l'export, de Rafales à l'Égypte. Un pays qui piaffe d'envie avec notre ami émirati, d'entraîner des grandes puissances dans une intervention militaire en Libye. Ces (très) chers Rafale, la France espère aussi en vendre aussi à l'Inde et au Qatar, pays qui n'est pas toujours au mieux avec son voisin saoudien. Non décidément, président ou pas, François Hollande garde son humour. Noir.


© Altern. économiques, 2015

Pour citer cet article

Mens Yann, « Des blagues en Rafales », Alternatives Internationales, 3/2015 (N°66), p. 5-5.

URL : http://www.cairn.info/magazine-alternatives-internationales-2015-3-page-5.htm


Pages 5 - 5 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback