Accueil Ouvrages Ouvrage Chapitre

Réenchanteur de ville, Jean Blaise

2015


ALERTES EMAIL - COLLECTION Le changement est dans l'R !

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette collection.

Fermer

Chapitre précédent Pages 7 - 8 Chapitre suivant
1

Le virus de l’art, qui développe l’imagination, n’est pas évident à déposer dans la tête et dans le cœur des gens. Ce virus c’est l’envie, le besoin d’aller chercher dans l’inconnu. C’est une remise en question perpétuelle, qui oblige à se mettre à nu devant un problème qu’on s’invente soi-même. Jean est quelqu’un qui se remet sans arrêt en question pour trouver des chemins qui tracent de nouvelles formes.

2

Nous nous sommes rencontrés la première fois au festival de la Gournerie, à Saint-Herblain, dont il avait imaginé la programmation. Une grande sympathie s’est alors développée.

3

Ce n’est pas un hasard si nous avons trouvé à Nantes un public aussi réceptif. Le virus, il l’avait déjà implanté. Nous sommes arrivés sur un terreau positif. Je suis tombé comme un enfant dans les bras des Allumées. La ville a été complètement bouleversée par cette idée à la fois simple et compliquée d’inviter d’autres cultures, de rencontrer des formes qui ne sont pas les mêmes que les nôtres. Il a ce côté à la fois tendre et limpide, précis dans ce qu’il analyse. C’est un immense monsieur pour moi, vraiment.

4

Jean n’est pas un directeur de centre culturel, ce n’est pas un programmateur. Il ne fait pas partie de ce monde-là. Il cherche une autre façon de toucher les gens. Il provoque toujours l’étonnement dans ses propositions, populaires au grand sens du terme. Il est sur une autre case, à côté du jeu d’échecs, et regarde la partie se jouer.

5

Je sais qu’il s’en défend, mais je le considère comme un artiste. C’est un homme qui ne refait jamais deux fois la même chose. Il va chercher un autre défi, un autre inconnu. C’est quelque chose de commun au monde des artistes, qui ne peuvent pas avancer sans se remettre en question, de façon fondamentale, toute leur vie. Si on ne doute pas, on ne peut pas arriver à construire. 

Pour citer ce chapitre

Courcoult Jean-Luc, « Introduction », Réenchanteur de ville, Jean Blaise, Paris, Ateliers Henry Dougier, « Le changement est dans l'R ! », 2015, p. 7-8.

URL : http://www.cairn.info/reenchanteur-de-ville-jean-blaise--9791093594842-page-7.htm


Chapitre précédent Pages 7 - 8 Chapitre suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback