Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Cultures & Conflits

2011/4 (n° 84)

  • Pages : 154
  • Affiliation : Revue affiliée à Revues.org

  • ISBN : 9782296966178
  • Éditeur : L'Harmattan

ALERTES EMAIL - REVUE Cultures & Conflits

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 13 - 43 Article suivant

Résumé

Français

Les premières recherches sur la question de la mondialisation considéraient cette dernière comme une tendance forte rendant progressivement obsolètes les frontières des États. Cette vision a récemment été remise en question par de nouvelles analyses suggérant que la mondialisation et la (re)frontiérisation évoluent souvent de pair pour culminer en une sorte de mondialisme clôturé (gated globalism). Le rôle joué par certaines agences internationales dans le façonnage des normes et des formes du régime de contrôle des frontières tel qu’il émerge a été quelque peu négligé. Pour tenter de répondre, partiellement, à cette lacune, cet article analyse plus particulièrement l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et son implication dans la promotion de ce qu’elle nomme une meilleure «gestion des frontières». L’étude de l’OIM est intéressante car elle illustre comment le contrôle des frontières est devenu un objet d’expertise technique et d’intervention au sein de programmes et de plans d’envergure internationale. L’article aborde dans un premier temps les récents travaux sur la gouvernementalité néolibérale en ce qu’ils permettent d’éclairer les formes de pouvoir et les mécanismes d’influence subtils qui caractérisent les tentatives de l’OIM d’inclure des éléments de gestion dans les politiques frontalières de pays aussi divers que l’Arménie, l’Ethiopie et la Serbie. Dans un second temps, cet article s’intéresse au gouvernement international des frontières et aux pratiques diverses et hétérogènes qui le caractérisent, allant de l’accueil de séminaires de formation pour les agents locaux de sécurité et d’immigration à la promotion de plans d’achat et d’installation de matériel de surveillance à la pointe de la technologie. Cela nous permettra d’observer en des termes matériels comment le projet de transformation de la frontière en un problème de «gestion» entre en conflit avec une perception des frontières en tant que lieu politique et de luttes sociales.

Mots-clés (fr)

  • frontières
  • mondialisation
  • expertise
  • agences internationales
  • gouvernementalité néolibérale

English

The International Organization for Migration and the international government of bordersEarly debates often read globalisation as a powerful tendency destined to make state borders less pertinent. Recent research has challenged this view by suggesting that globalisation and (re)bordering frequently advance hand-in-hand, culminating in a condition that might be described as “gated globalism”. But somewhat neglected in this recent wave of research is the role that particular international agencies are playing in shaping the norms and forms that pertain to emergent regimes of border control: what we call the international government of borders. Focusing on the International Organization for Migration (IOM) and its involvement in the promotion of what it calls better “border management”, this paper aims to partially redress this oversight. The IOM is interesting because it illustrates how the control of borders has become constituted as an object of technical expertise and intervention within programmes and schemes of international authority. Two themes are pursued. First, recent work on neoliberal governmentality is useful for illuminating the forms of power and subtle mechanisms of influence that characterise the IOM’s attempt to managerialise border policies in countries as different as Armenia, Ethiopia, and Serbia. Second, the international government of borders comprises diverse and heterogeneous practices, ranging from the hosting of training seminars for local security and migration officials to the promotion of schemes to purchase and install cutting-edge surveillance equipment. In such different ways one can observe in very material terms how the project of making borders into a problem of “management” conflicts with a perception of borders as a site of social struggle and politics.

Mots-clés (en)

  • borders
  • globalization
  • expertise
  • international agencies
  • neoliberal governmentality

Plan de l'article

  1. Deux versions du néolibéralisme
  2. Le « problème » des frontières
  3. Standards, normes, capacités
  4. Partenariats, réseaux, régions
  5. Le gouvernement néolibéral d’expulsion

Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback