Accueil Revues Discipline (Histoire) Revue Numéro Résumé

Cahiers d'études africaines

2001/1 (n° 161)



Article précédent Pages 97 - 97 Article suivant

   English abstract on Cairn International Edition

Résumé

Français

Une institution comme celle de la parenté de lait qui a sa source dans le Coran, se retrouve dans de nombreuses sociétés musulmanes. De la parenté de lait, très courante dans la société maure, la logique des substances corporelles rend compte, et ceci à partir de la théorie locale de la genèse physiologique des enfants. Les représentations de la conception, de la gestation et de la lactation légitiment l’appropriation des enfants par les hommes, ainsi que le principe de filiation patrilinéaire, et l’idéologie agnatique qui prévaut dans de nombreux domaines. Si la femme, qui ne joue aucun rôle substantiel au niveau de la conception et de la gestation, est également dépossédée du fluide sorti de ses seins qu’elle ne fait que donner à son enfant, c’est que le lait n’est pas seulement nourricier mais aussi substance identitaire masculine dépendant du sperme, issu lui-même du dos. Ces représentations, qui accordent une place importante au " lait du mari " créateur d’un certain type de parenté, ne font jamais référence au sang. C’est en effet que le sang en islam, dont l’organe régulateur est le foie et non le cœur, n’est pas considéré comme un vecteur transmettant l’identité, mais plutôt comme un principe de conservation de la vie ; il constitue d’autre part une métaphore des liens de parenté, en tant qu’il symbolise l’affection entre parents, ainsi que les relations de solidarité qui en découlent.

Mots-clés

  • Conception
  • différence des sexes
  • dos
  • embryogenèse
  • foie
  • islam
  • parenté de lait
  • prohibitions matrimoniales
  • sang
  • société maure
  • sperme
  • stérilité

English

Milk and Sperm and Back. And blood? Images of Descent and Fosterage in Malekite Islam and in Moorish Society in Mauritania. —
With its source in the Koran, an institution such as foster parenthood is found in several Muslim societies and is quite current among the Moors. Given the local theory of the physiological origin of children, the logic of bodily substances accounts for this form of kinship. The imagery surrounding conception, pregnancy and lactation legitiates both the appropriation of children by men and the principle of patrilineal descent as well as the agnatic ideology prevalent in many domains (even though something resembling a cognate ideology governs others, such as matrimonial alliances or inheritance). Women play no substantial role in either conception or pregnancy. Furthermore, they are dispossessed of the substance flowing from their breasts (which they can but give to their babies) because milk is more than a nutrient: this fluid conveys an identity. Since, in Islam, milk creates kinship, men seek to control this substance. In this imagery wherein the husband’s milk has an important place, reference is never made to blood. In effect, blood is not thought to convey an identity; instead, it serves as a kind of metaphor for kinship.

Keywords

  • conception
  • differences between the sexes
  • back
  • embryogeny
  • Islam
  • milk
  • matrimonial prohibitions
  • moors
  • blood
  • Mauritania
  • sperm
  • sterility

Plan de l'article

  1. Genèse physiologique des enfants et idéologie agnatique
    1. Dos, engendrement et patrilinéarité
    2. Dos et spermatogenèse
    3. Le sperme comme principe premier et ultime de la création
    4. Sperme et conception
    5. Théorie " monogénétique " et " duogénétique "
    6. Sperme et embryogenèse
    7. Femme et fœtus
    8. Sperme et lactation
    9. Sperme et idéologie agnatique
  2. Parenté de lait
    1. Parenté de lait et prohibitions matrimoniales
    2. Définition et importance de l’allaitement
    3. Juridique et physiologique
    4. Alliance et parentèle
    5. Et le sang ?
Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback