Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Entreprises et histoire

2008/2 (n° 51)

  • Pages : 156
  • ISBN : 2747214803
  • DOI : 10.3917/eh.051.0044
  • Éditeur : ESKA


Article précédent Pages 44 - 56 Article suivant

Résumé

Français

Cet article introduit la notion d’ « entrepreneuriat.org », afin de faire référence à un mouvement basé sur Internet et non-propriétaire, orienté en priorité vers la coopération sociale plutôt que la concurrence sur les marchés. L’accent est mis sur un consortium de standardisation créé en 1994, le World Wide Web Consortium (W3C, www.w3.org). Tim Berners-Lee, inventeur du World Wide Web en 1989, a fondé le W3C comme une réponse organisationnelle à un problème technologique : la balkanisation des standards techniques constitutifs du Web. À sa création, le défi principal du W3C était d’établir un terrain d’entente entre deux groupes rivaux : les entreprises privées, établies sur le Net et cherchant à maximiser leurs profits d’une part ; les développeurs de logiciels attachés aux principes et aux pratiques de l’open source d’une autre. Au final, le W3C s’est davantage tourné vers ces derniers. De nouveaux entrepreneurs.org ont alors saisi l’opportunité de créer des organismes de standardisation répondant aux besoins des acteurs à but lucratif. Le succès de la démarche d’entrepreneuriat.org de Tim Berners-Lee semble avoir tenu à sa capacité à établir un îlot de confiance dans un océan de compétition et de défiance.

English

In this article I introduce the term “dot-org entrepreneurship” to refer to an Internet-based, non-proprietary endeavor that is oriented primarily around social cooperation, not market competition. My focus is a standards-setting consortium, the World Wide Web Consortium (W3C, www.w3.org), created in 1994. Tim Berners-Lee, the inventor of the World Wide Web (1989), was also the founder of the W3C. He formed the W3C as an organizational solution to a technological problem – the immanent balkanization of the Web’s core technical standards. Once the W3C was created, its biggest challenge was to establish a middle ground between two rival groups : representatives from profit-seeking, “dot-com” companies; and developers with ideological and practical commitments to open source software. The W3C eventually aligned itself more with the open source community, a decision that, in turn, created opportunities for other dot-org entrepreneurs to create standards bodies that would meet the needs of profit-seeking (dot-com) firms. For Berners-Lee to succeed with his dot-org entrepreneurship, he needed to establish an island of trust in a sea of competition and mistrust.

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. Standardization: efficiency, power, trust
  3. The political economy of consortia
  4. An institutional history of the web
  5. Conclusions
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback