Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Études anglaises

2007/3 (Vol. 60)


ALERTES EMAIL - REVUE Études anglaises

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 290 - 303 Article suivant

Résumé

Français

L’objet de cette étude est d’aborder la question délicate de la voix lyrique dans la poésie récente de Geoffrey Hill, considéré à juste titre comme l’un des plus grands poètes anglais d’aujourd’hui. À la polyphonie s’oppose la volonté éthique d’une parole inaliénable donnant sens à la poésie elle-même et à l’identité. L’exemple de Speech! Speech! (2000) permet de résumer rapidement l’effort du poète devant cet enjeu : résister à la prolifération des discours de la culture contemporaine tout en attestant leur présence, résister à l’Autre profane qui cerne la voix poétique. C’est, cependant, dans The Orchards of Syon (2002) que Hill s’attache à déployer un cheminement que l’on peut qualifier de quête véritable d’une voix lyrique. Ce poème introspectif rejette le lyrisme directement expressif et, fortement influencé par l’exemple de Paul Celan, Hill semble y suggérer comme un lyrisme s’acheminant vers une difficile neutralité de la voix, vers une vérité de la poésie qui se défierait du poétique.

English

The purpose of this paper is to address tentatively the difficult issue of the lyrical voice in the poetry of Geoffrey Hill, a poet regarded as one of the greatest in the language today. To polyphony is opposed an ethical concern for an inalienable utterance apt to impart significance to poetry and private identity. The example of Speech! Speech! (2000) sums up and briefly illustrates Hill’s effort to negotiate the proliferating discourses of contemporary culture, discourses which may be defined as the poetic voice’s profane Other. Yet, it is in The Orchards of Syon (2002) that Hill seems to turn to a mode of writing which may be assimilated to a quest in its own right by the lyrical voice. Despite its largely introspective mode, this poetic sequence dismisses a strictly expressive lyricism and, mostly under the influence of Paul Celan, Hill seems to outline the possibility of a neutral voice, hard to acquire and distrustful of rhetorical flourishes and merely egotistical preoccupations.

Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback