Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Genèses

2017/1 (n° 106)

  • Pages : 180
  • Affiliation : Numéros antérieurs disponibles sur www.persee.fr

  • ISBN : 9782701162836
  • DOI : 10.3917/gen.106.0007
  • Éditeur : Belin

ALERTES EMAIL - REVUE Genèses

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 7 - 29 Article suivant

Résumé

Français

L’hospice de vieux et la maison de retraite sont des constructions institutionnelles du xixe siècle, à l’origine parisiennes, qui proposent à plusieurs milliers de personnes de vieillir ensemble dans un entre-soi d’âge, de genre et de classe, la majorité des assistés appartenant aux classes populaires parisiennes. À rebours d’une histoire figée des représentations dépréciatives ou empathiques de l’expérience de la vieillesse, l’article analyse l’extrême diversité des relations sociales qui se tissent au sein des premiers établissements de personnes âgées. Le dynamisme de ces relations résulte en premier lieu de la réunion d’hommes et de femmes qui sont certes économiquement dépendants de l’assistance mais dont les capacités physiques permettent des déplacements et des échanges. Il s’explique ensuite par l’imposition de temporalités et d’espaces collectifs qui deviennent tout au long du xixe siècle la norme dans les établissements de vieillards. Enfin, les fortes contraintes qui pèsent sur les assistés les plus dominés de l’espace assistanciel sont également à l’origine d’initiatives collectives.

English

“Community is the worst thing” ?Aging among the elderly in nineteenth-century ParisAlms-houses and retirement homes were institutions created in the nineteenth century, initially in Paris, that offered thousands of people the possibility of growing old with others of the same age, gender, and class (although most were Parisians of the lower classes). Far from a set history of derogatory or empathetic representations of the experience of old age, this article shows the great diversity of social relationships that developed in the earliest institutions for the elderly. The dynamism of these relationships came first from bringing together men and women who, although economically dependent on welfare, were physically able to move about and interact. It can also be explained by the introduction of timeframes and group spaces that, over the course of the nineteenth century became the norm in institutions for the elderly. Finally, the heavy restrictions weighing on the most dominated of recipients in the realm of welfare were also the impetus for group initiatives.

Plan de l'article

  1. Vieillir en institution : une expérience douloureuse ?
    1. L’expression des tensions : troubles dans l’hospice
    2. Le partage de l’espace comme objet de discorde
  2. Vivre au voisinage de la vieillesse des autres
  3. Vieillir ensemble : une dimension incontournable de la vie d’hospice
  4. Affinités et solidarités à l’hospice
    1. S’unir à l’hospice
    2. De l’expérience collective à l’expérience du collectif

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback