Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Gérontologie et société

2007/4 (n° 123)



Article précédent Pages 153 - 167 Article suivant

Résumé

Français

En 1962, le rapport Laroque propose à la société française une éthique du vivre ensemble à travers une politique de «maintien à domicile», afin de permettre aux gens qui vieillissent de conserver leur place dans la société. Ce débat entre maintien à domicile et entrée en hébergement n’est pas nouveau car il se posait déjà au lendemain de la révolution française et sans doute aussi bien avant. Comment se pose aujourd’hui cette question du choix du maintien à domicile? Une vision individualiste de la société fait du libre choix de son mode de vie une affaire individuelle, ce qui est une escroquerie intellectuelle, car les choix de chaque individu, surtout s’il n’a pas d’argent et une santé fragile, sont fonction des choix collectifs qui sont faits et dépendent essentiellement des aides dont il peut disposer. Seule une réflexion éthique renouvelée sur la façon dont nous voulons vivre ensemble, dans une société d’individus indissociablement singuliers et collectifs, permettra au maintien à domicile de devenir une réalité pour les plus pauvres et les plus fragiles d’entre nous. Faute d’une véritable politique publique, c’est-à-dire d’un financement et de moyens d’aide en rapport avec cete réflexion éthique sur la solidarité nécessaire à la cohésion du groupe social, le libre choix de son mode de vie risque de reter, pendant longtemps encore, plus une promesse politique qu’une réalité effective!

English

1962-2007 SUMMARY: TAKING A LOOK AT POLICIES RELATING TO “REMAINING AT HOME” In 1962 the Laroque Report introduced French society to a set of ethics for living together within a “maintenance at home” policy in order to enable older people to preserve their place in society. The debate over remaining at home or going into a home is not a new one as it dates back to the French revolution and doubtless even earlier. What is the situation today regarding the issue of remaining at home? Our individualistic view of society depicts the free choice of life-style as a private affair. However this is intellectual fraudulence as the choices before each individual, especially in the case of little money and poor health, depend on collective choices and mainly on existing available assistance. Only renewed reflection on the ethics of living together in a society both individualistic and collective will enable maintaining people within their own homes to become a reality for the poorer and more fragile amongst us. Without real public policy, that is to say without the financing and means of assistance relative to such ethical reflection on the solidarity necessary to social group cohesion, a free choice of life style will remain, for a long time yet, a mere political promise rather than an effective realty.

Plan de l'article

  1. QUELQUES JALONS HISTORIQUES DU DÉBAT DOMICILE VERSUS HÉBERGEMENT
  2. LA PUBLICATION DU RAPPORT LAROQUE, COUP D’ENVOI DE LA POLITIQUE DE MAINTIEN À DOMICILE
  3. MAINTIEN À DOMICILE OU SOUTIEN À DOMICILE ?
    1. PROPOSITION DE DÉFINITION DU « MAINTIEN À DOMICILE »
  4. LES SUITES DONNÉES AU RAPPORT LAROQUE
    1. LE TOURNANT DES ANNÉES 1981
    2. LE TÉLESCOPAGE DES POLITIQUES VIEILLESSES ET DES POLITIQUES DE L’EMPLOI : 1984-2004
    3. LE LIBRE CHOIX DE SON MODE DE VIE, DISCOURS INCANTATOIRE DES « POLITIQUES » OU RÉELLE POSSIBILITÉ POUR LES PERSONNES VIEILLISSANTES ?
    4. REPENSER LE MAINTIEN À DOMICILE DANS UNE ÉTHIQUE DU « VIVRE ENSEMBLE » 32
Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback