Accueil Revues Discipline (Sociologie et société) Revue Numéro Résumé

L'Homme

2008/3-4 (n° 187-188)



Article précédent Pages 393 - 412 Article suivant

Résumé

Français

L’objet de cet article, qui se veut une contribution d’histoire des sciences humaines, est d’analyser la trajectoire de l’anthropologie des sciences dans le contexte américain, des années 1970 à nos jours. Que recouvre cette expression? L’emprunt des méthodes de l’ethnographie fut dans le cadre des sciences studies une manière forte de proposer une description et une observation directe des scientifiques au travail et de contester le poids de l’épistémologie et de la sociologie fonctionnaliste des sciences. Le succès des «laboratory studies» a donné lieu à une pénétration de l’anthropologie des sciences dans les départements d’anthropologie eux-mêmes, à la mise en place d’une anthropologie culturelle largement fondée sur l’étude de la science comme système culturel. Cette reconnaissance institutionnelle a gagné une surface sociale large par une diffusion dans l’espace public américain sous le thème de l’anthropologie cyborg qui a correspondu au milieu des années 1990 à une nouvelle alliance avec les cultural studies et les feminist studies, mais aussi à une volonté de radicaliser ou pour le moins de prolonger les études sur les rapports entre technosciences et corps, déjà présents dans les travaux de l’anthropologie culturelle des sciences. On se demandera ainsi ce que signifie cette mutation en termes institutionnels, mais aussi en termes d’agenda de la recherche. Que doit-on en conclure concernant l’identité disciplinaire de l’anthropologie culturelle américaine?

Mots-clés

  • laboratoire
  • anthropologie des sciences
  • anthropologie cyborg
  • humains
  • non-humains

English

This contribution to the history of the social sciences analyzes the itinerary of the anthropology of science in the American context since the 1970s. In science studies, the borrowing of methods from ethnology clearly represented an attempt to propose a description and direct observation of social scientists at work and to question the importance of both epistemology and a functionalist sociological study of the sciences. Owing to the success of «laboratory studies», the anthropology of science penetrated anthropology departments, as cultural anthropology was grounded on the study of science as a cultural system. This institutional recognition led to a wide diffusion in the American public of «cyborg anthropology», which, in the mid-1990s, corresponded to a new alliance with cultural and feminist studies. It was also evidence of a determination to radicalize, or at least continue, studies (already conducted in the cultural anthropology of science) on the relations between technoscience and the body. What does this mutation mean in institutional terms and in relation to a research agenda? What conclusions to draw about the identity of American cultural anthropology as a discipline?

Keywords

  • laboratory studies
  • anthropology of science
  • cyborg anthropology
  • humans
  • non humans
  • cultural studies
  • feminist studies

Plan de l'article

  1. Une identité polémique. Sciences studies et méthodes ethnographiques
    1. La vie de laboratoire: le rapatriement de l’anthropologie
    2. Le label anthropologie en question
  2. Une identité culturaliste: l’anthropologie des sciences
    1. Les sciences comme système culturel
    2. Des sciences modernes aux savoirs locaux
    3. Postcolonial sciences studies
  3. Une identité-frontière. L’anthropologie cyborg ou la fin du partage nature/science?
    1. La mythologie cyborg
    2. Une nouvelle interdisciplinarité
    3. Aux bords de l’humanité: corps, hybrides et citoyenneté
Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback