Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Le Mouvement Social

2010/4 (n° 233)

  • Pages : 224
  • ISBN : 9782707166593
  • DOI : 10.3917/lms.233.0165
  • Éditeur : La Découverte
  • Revue précédemment diffusée par les Éditions Ouvrières (jusqu'en 1993), puis par les Éditions de l'Atelier (de 1993 à 2007).



Article précédent Pages 165 - 181 Article suivant

   English abstract on Cairn International Edition

Résumé

Français

J’ai rédigé mes mémoires d’étudiant en histoire à Nanterre en mai 1968 pendant le mouvement universitaire de 2009, porté tout particulièrement par les manifestations qui se sont succédé durant plusieurs semaines. Le présent extrait porte de fait sur le cycle des manifestations qui m’ont permis, de spectateur de l’événement, d’en devenir un protagoniste. J’y mets prioritairement l’accent sur la rencontre avec l’autre, et sur la part d’utopie concrète qui se manifeste dans un tel engagement collectif d’une pensée au sein même d’un mouvement d’émancipation. J’y vois même une forme de révolution permanente, à l’encontre des commentaires usuels sur le caractère obsolète de l’idéologie soixante-huitarde, qui se rejoue dans les décennies suivantes, y compris dans le récent mouvement universitaire. À ma manière, je témoigne de quelque chose qui existe au titre de l’humain et de quelqu’un qui parle au nom de l’humanité agissante et souffrante de manière permanente, donc d’une ontologie sociale de l’événement 68.

English

Memoirs of a student in May 1968: the flow of demonstrations and the protagonist of the eventThis paper is an excerpt of my unpublished memoirs of May 1968, when I was a history student at the University of Nanterre. They were written during the academic movement of 2009, where a series of street demonstrations during several weeks were the backbone of collective action. The paper deals with the cycle of demonstrations in 1968 which enabled me not to remain a spectator of the event and to become one of its protagonists. I stress the meetings with other people and the dimension of concrete utopia which emerges thanks to the collective commitment to a thought within an emancipation movement. I even consider it as a type of permanent revolution, which is a position quite opposed to the usual comments on the obsolete character of the ideology of the 68ers, and I think it reemerged in the following decades, including the movement of 2009. In my own way, I am thus a witness of something that exists in the human nature, speaking in the name of mankind acting and suffering in a permanent way, thus of a social ontology of the event of 68.

Plan de l'article

  1. Le flux étudiant : la dynamique de l’imagination au pouvoir
  2. La quête de la révolution permanente
  3. La nuit des barricades : le complot médiatique
    1. Ou comment transformer les objets en instrument de communication
    2. … là où j’ai différé l’affrontement…
  4. L’engagement collectif d’une pensée
  5. La scène finale : la Gare Saint-Lazare, le 29 mai
    1. Fenêtre sur cour : le complot ordinaire
    2. La division du politique
Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback