Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Napoleonica. La Revue

2012/3 (N° 15)


ALERTES EMAIL - REVUE Napoleonica. La Revue

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 106 - 118 Article suivant

Résumé

English

With the Bourbon restoration, the French military had to deal with its Napoleonic past in a way that allowed it to compete with the other European armies. Thus, the Napoleonic era had both a political and military effect on the officer corps. Part of the process of rebuilding the army after 1815 was the strengthening of the military art through both educational institutions and journals. Although several different groups of officers attempted to launch military journals in the early 1820s, the political climate in France prevented them from being anything other than dry technical periodicals. It was not until 1826 when a group of general officers started Le Spectateur Militaire. This journal braved official censure and criticism by seeking to become a real forum for military discussion, debate, and education. It published book reviews, current military commentary, and editorials alongside historical articles of the Napoleonic Wars from the officers that fought them both still serving and retired. Although this journal started with opposition and Bonapartist sympathies, it rapidly grew into the most prestigious military journal in France, and had a wide European readership.
The curious circumstances of Le Spectateur Militaire make it an excellent window into the culture of the French officer corps, and how those officers individually and as group incorporated their Napoleonic past with their Bourbon present. This is especially true of the first decade of its print run from 1826 to 1836. This period was after the death of Napoleon and the French military intervention in Spain, and thus part of a great military revival in France. Additionally, this period saw the French intervention in Algiers in 1830, but ends right at the time that Marshal Thomas Robert Bugeaud took over in 1836 and lead what would become a change in the French military culture from the Napoleonic French army, to one more familiar with smaller conflicts and the policing duties of an emerging empire. This decade was characterized by two distinct periods. The first from 1826 through 1830 was a period of veneration of Napoleon and a fascination with the campaigns of the end of the empire from 1812 through 1815. The second period from 1831 through 1836 was characterized by a significant reduction of the interest in the military history of the Napoleonic era, and even a number of articles critical of Napoleon’s actions and legacy. In all, this period provides a unique picture of the political and military impact of Napoleon on a generation of French officers.

Français

Avec la restauration des Bourbons, l’armée française a dû faire face à son passé napoléonien d'une manière qui lui permette de rivaliser avec les autres armées européennes. Ainsi, l'ère napoléonienne a eu à la fois un effet politique et militaire sur le corps des officiers. Une partie du processus de reconstruction de l'armée après 1815 passa par le renforcement de l'art militaire, à la fois avec les établissements d'enseignement et la publication de revues. Bien que plusieurs groupes d’officiers aient tenté de lancer des revues militaires dans le début des années 1820, le climat politique en France les a empêchées d'être autre chose que des revues techniques arides. Ceci jusqu’en 1826, quand un groupe d'officiers généraux créèrent Le Spectateur Militaire. Ce journal a bravé la censure officielle et la critique en cherchant à devenir un véritable forum de discussion militaire, de débat et d’éducation. Il a publié des critiques de livres, des commentaires sur des questions militaires actuelles et des éditoriaux à côté d’articles historiques sur les guerres napoléoniennes, venant d’officiers qui s’étaient battus et étaient encore en service ou à la retraite. Bien que ce journal ait bénéficié à ses débuts de sympathies bonapartistes et de l'opposition, il est rapidement devenu le journal militaire le plus prestigieux en France, et a touché un large lectorat européen.
Les circonstances curieuses de la création du Spectateur militaire en font un excellent aperçu de la culture du corps des officiers français, et de la façon dont ces officiers, de manière individuelle ou collective, ont intégré leur passé napoléonien à leur présent bourbonien. Cela est particulièrement vrai pendant la première décennie de son tirage, de 1826 à 1836. Cette période suit la mort de Napoléon et l'intervention militaire française en Espagne, et fait donc partie d'un grand réveil militaire en France. Cette période a vu aussi l'intervention française à Alger en 1830, et se termine juste au moment où le maréchal Thomas Robert Bugeaud reprit du service en 1836, pour conduire ce qui allait devenir un changement dans la culture militaire française depuis l'armée napoléonienne, davantage confrontée à de petits conflits et aux devoirs de police d'un empire émergent. Cette décennie a été caractérisée par deux périodes distinctes. La première, de 1826 à 1830, a été une période de vénération de Napoléon et une fascination pour les campagnes de la fin de l'Empire de 1812 à 1815. La deuxième période, de 1831 à 1836, fut caractérisée par une réduction significative de l'intérêt pour l'histoire militaire de l'époque napoléonienne, et même par la parution d’un certain nombre d'articles critiques envers les actions de Napoléon et de son héritage. Dans l'ensemble, cette période offre une image unique de l'impact politique et militaire de Napoléon sur toute une génération d'officiers français.

Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback