Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Politique européenne

2013/4 (n° 42)

  • Pages : 170
  • ISBN : 9782343033778
  • DOI : 10.3917/poeu.042.0072
  • Éditeur : L'Harmattan

ALERTES EMAIL - REVUE Politique européenne

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 72 - 95 Article suivant

Résumé

Français

Depuis les années 1990, sous l’influence de l’ Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) puis des stratégies européennes, l’idée de « flexicurité » s’était imposée comme paradigme dominant des politiques de l’emploi et du travail. Cependant, la crise a remis en question le bien-fondé de ce paradigme en temps de récession. Depuis 2008, les partenaires sociaux comme les décideurs des politiques publiques se sont saisis de l’agenda de la lutte contre la crise de l’emploi dans l’ensemble des pays européens. Une comparaison des cas allemand, français et italien nous montre alors les limites de l’européanisation et la résilience des modèles nationaux au prisme de l’action publique négociée. En effet, en étudiant le positionnement des organisations syndicales et patronales, leurs pratiques du dialogue social et l’usage des instruments d’action publique ou leur réforme, cet article met en évidence trois types de reconfiguration des relations professionnelles face à la crise et donc des appropriations et ajustements différenciés de l’idée de « flexicurité ».

English

The end of the flexicurity model in front of the resilience of national models? Trade unions and collective bargaining on employment in Germany, France and Italy Since the 1990s, under the influence of the Organisation for Economic Cooperation and Development (OECD) and strategies developed at the EU level, the idea of “flexicurity” had become the dominant paradigm of labour market policies. However, the crisis has led to question the appropriateness of this policy paradigm in times of economic recession. Since 2008, social partners and policy-makers have been facing a new agenda of fighting the employment crisis all across Europe. The comparative study of negotiated policies in Germany, France and Italy shows the limited scope of europeanisation and the resilience of national models in this domain. We look into the stances of trade unions and employers organisations, their practice of social dialogue and collective bargaining and the use of relevant policy instruments. This article thereby outlines three paths of reconfiguration of industrial relations in the face of the crisis, and provides evidence of three different ways in which domestic actors adapt the idea of flexicurity to the context of the crisis.

Plan de l'article

  1. Négociation collective et ajustements en Allemagne : le compromis en faveur de la flexibilité pour défendre l’emploi
    1. La décentralisation, vecteur de dérogations, concessions et contre-concessions
    2. Les sources multiples de la flexibilité du temps de travail
  2. Sécuriser les emplois avant la flexibilité : négociation collective et ajustements en France
    1. Les partenaires sociaux et l’agenda récent des négociations sur l’emploi
    2. Le tournant institutionnalisant les négociations sur la flexibilité en 2013
    3. L’essor des négociations à l’échelle de l’entreprise
  3. La flexibilité imposée : Décentralisation des négociations sur l’emploi et coup de force patronal en Italie.
    1. De l’institutionnalisation à la remise en cause de la négociation centralisée
    2. L’affaire FIAT et la remise en cause des accords de branche par des clauses d’opt-out
  4. Conclusion

Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback