Accueil Revue Numéro Résumé

Politique africaine

2016/3 (n° 143)

  • Pages : 226
  • ISBN : 9782811117672
  • DOI : 10.3917/polaf.143.0169
  • Éditeur : Editions Karthala

ALERTES EMAIL - REVUE Politique africaine

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 169 - 183 Article suivant

Résumé

Français

La figure tutélaire de Frantz Fanon est régulièrement brandie par les mouvements étudiants sud-africains en révolte contre l’institution universitaire et contre le gouvernement. Dans cet entretien, Achille Mbembe, qui, au-delà de son propre travail sur l’œuvre de Fanon, s’est personnellement engagé et exposé dans le débat sur la décolonisation de l’université et des savoirs en Afrique du Sud, revient sur les diverses mobilisations dont Fanon, « figure totémique » et « affect » plutôt que « concept » dans les discours des mouvements étudiants, a fait l’objet. Contre un recours simpliste à l’auteur des Damnés de la terre qui ne viserait qu’à légitimer le recours à la violence et contre une lecture réductrice de la décolonisation des savoirs qui ne serait que repli identitaire, il jette un regard lucide et engagé sur les transformations en cours dans la société sud-africaine.

English

Fanon, Students Movements and Contemporary South Africa : a Conversation with Achille MbembeThe figure of Franz Fanon is often invoked by South African students movements, rebelling against what they claim is untransformed academic institutions and unresponsive government. In this interview, Achille Mbembe, who has (based on his own work on Fanon’s thought) actively engaged and debated with the students on the decolonisation of knowledge in South African universities, analyses how Fanon (as a totem or as a symbol, rather than through his specific concepts) has been mobilised in students’ discourses and struggles. Achille Mbembe warns against a simplistic reading of Fanon, which reduces The Wretched of the Earth to a straightforward justification of the use of violence, without considering Fanon’s simultaneous ethics of care. He calls for a decolonisation of knowledge that engages the world, rather than leading to a narrow parochialism. He proposes an informed and lucid analysis of contemporary social change in South Africa.
© 2010-2017 Cairn.info