Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Perspectives Psy

2008/3 (Vol .47)



Article précédent Pages 231 - 238 Article suivant

Résumé

Français

Contexte : la présence la nuit d’un psychologue, se donnant comme objectif principal de rencontrer les soignants confrontés quotidiennement à la fin de vie de nombreux patients, le confronte à trois niveaux de résistance de la part des soignants liés à son rôle propre, à la charge émotionnelle entourant la fin de vie et enfin à la spécificité que constitue un service hospitalier une fois la nuit tombée. Cette conjonction d’éléments se référant à l’intimité du soignant justifierait de la part du psychologue une attitude de retrait voire d’abstention. Néanmoins, dans le cadre de notre activité de psychologue clinicien au sein d’une EMSP, la dimension de soutien des soignants nous est rapidement apparue comme une des applications possibles de notre rôle, au même titre que la prise en charge des patients et de leurs proches. Dans ce cadre et dès 1997, nous avons pris conscience de l’isolement des soignants de nuit dans ce domaine et de leur demande récurrente d’un soutien comparable à celui apporté par le psychologue aux soignants de jour. Méthode : cet article décrit cette expérience de dix ans de présence nocturne hebdomadaire et questionne sa légitimité tant du point de vue de la pertinence clinique que de la validité éthique. Résultat/conclusion : il en ressort une complexité de la démarche, inscrite dans une grande ambivalence de soignant, dont le désir toujours réaffirmé nous conduit à poursuivre l’expérience.

Mots-clés

  • traitement palliatif (soins palliatifs)
  • entretien psychologique
  • soignant
  • soins nuit
  • éthique clinique

English

The psychologist meeting night staff confronted with palliative care: description and analyse of ten years of night intervention Background: The presence of a psychologist at night, devoting himself as main objective to meet carers facing every day the end of life of numerous patients, confronts him at three levels of resistance on behalf of the cares linked to his own role, to the emotional weight encircling the end of life and finally to the peculiarity which constitutes a hospital service once the night has fallen. This combination of elements referring to the carer’s privacy would justify an attitude of recoil on behalf of the psychologist or even of abstention. However, as part of our activity as a clinical psychologist within a mobile team of palliative care, the necessity of support to the carers soon appeared to us as one of the possible dimensions of our role, in the same way as the taking care of the patients and their families. In this framework and since 1997, we became aware of the solitude of the carers working at night on this field, and their repeated request of a support, comparable to that given by the psychologist to those working during the day. Method: This article represents therefore this ten-year experience of weekly nocturnal presence, and questions its legitimacy both from the point of view of clinical pertinence as from its ethical validity. Results: The complexity of the process comes up, registered in a great ambivalence on behalf of the carers, whose desire is always affirmed and leads us to pursue the experiment.

Keys-words

  • palliative care
  • interview-psychological
  • caregivers
  • night care-ethics
  • clinical

Plan de l'article

  1. Description et analyse de l’intervention du psychologue la nuit
  2. Le psychologue travaille la nuit, la nuit travaille le psychologue
  3. L’intervention nocturne du psychologue : l’ambivalence de la demande
  4. Tentative de définition de cette intervention
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback