Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Psychothérapies

2011/4 (Vol. 31)



Article précédent Pages 243 - 255 Article suivant

   English abstract on Cairn International Edition

Résumé

Français

La notion que le début d’une schizophrénie puisse être marqué par une zone d’ombre aux caractéristiques vagues et aspécifiques n’est pas nouvelle dans l’histoire de la psychiatrie. Cependant, la question de son repérage et des traitements adaptés réapparaît dans les débats psychiatriques au cours de ces dernières années. Beaucoup d’efforts sont actuellement déployés pour repérer les phases prodromales à travers des outils très différents pour ce qui est de la conceptualisation dont ils sont issus (psychiatrique, psychologique ou phénoménologique). Il n’est néanmoins pas clair quelle proposition psychothérapeutique pourrait mieux profiter à ces patients, pour qui il est le plus souvent question d’un malaise aspécifique, du registre relationnel et existentiel, et pas encore d’une « maladie » stricto sensu. Dans cet article, à l’aide d’un suivi psychothérapeutique d’un jeune patient à risque de psychose, la question de la psychothérapie des prodromes est esquissée en essayant d’articuler la notion de symptômes de base, concept psychologique issu des travaux de Huber et Gross, avec une compréhension psychanalytique et d’inspiration phénoménologique. Les symptômes de base et leur transformation possible dans le processus psychothérapeutique sont décrits ainsi dans la perspective d’une théorie de la réparation de l’appareil à penser et de l’intersubjectivité de la dyade thérapeutique.

English

SummaryThe notion that the onstart of schizophrenia can be observed as a shadow zone with vague and unspecific characteristics is not new in the history of psychiatry. However the question as to how to field it out and treat it effectively reappears in psychiatric debates over the last years. Much effort is being shown to locate prodrom states by way of different instruments according to the conceptualization from which they spring (psychiatric, psychological or phenomenological). It seems nevertheless not to be clear what psychotherapeutic treatment could be most beneficial to these patients, for whom it is mostly a question of unspecific uneasiness in the relational and existential register yet not an illness stricto sensu. In this article, by means of the psychotherapy of a young patient with the risk of psychosis the question of psychotherapy of prodroms is outlined. In trying to articulate the notion of basic symptoms, a psychological concept is conceived out of the works of Huber and Gross with psychoanalytical understanding, inspired too by a phenomenological approach. Basic symptoms and their possible transformation in the therapeutic process are thus described through the perspective of a theory of reparation of the thought apparatus and of the intersubjectivity of the therapeutic dyade.

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. Début de la schizophrénie : la quête du fondement
  3. Schizophrénie et troubles du soi
  4. Les contributions psychanalytiques : Bion et l’appareil à penser
  5. L’intersubjectivité en séance : la contribution de Daniel Stern
  6. Histoire de M.
    1. La rencontre et l’investigation préliminaire : menace de psychose ?
    2. Déroulement de la psychothérapie
    3. Processus psychothérapeutique et symptômes de base : un changement est-il possible ?
  7. Discussion
  8. Conclusion
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback