Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue d’histoire moderne et contemporaine

2013/1 (n° 60-1)

  • Pages : 224
  • ISBN : 9782701181028
  • Éditeur : Belin


Pages 7 - 36 Article suivant

   English abstract on Cairn International Edition

Résumé

Français

L’article de Garrett Hardin paru en 1968, « La tragédie des communs », est une référence essentielle dans les débats sur la propriété, l’environnement, l’économie des ressources matérielles et immatérielles. Sa thèse : l’incompatibilité entre propriété commune et durabilité. Or, si ce texte est sans cesse mobilisé, on sait très peu de choses des logiques historiques qui ont présidé à son élaboration, à sa réception ; très peu de choses sur son auteur Garrett Hardin, sur sa trajectoire, ses motivations, les éléments vis-à-vis desquels son propos fait sens lorsqu’il décide, fin 1968, de formuler un raisonnement dont l’onde de choc s’est propagée jusqu’à notre époque de crise environnementale, de réflexion sur les communs numériques. Ce constat a motivé notre enquête. Son ambition est de contribuer, par le détour de l’histoire, aux réflexions contemporaines sur les différentes formes du « commun ». S’y révèlent aussi certaines dimensions méconnues de l’environnementalisme américain au XXe siècle : ses liens étroits et complexes à la configuration de Guerre froide ; la place qu’y occupent des courants combinant souci de l’environnement et projet de contrôle de la « qualité » des populations. Enfin, cette histoire de la « tragédie des communs » est aussi un chapitre de l’histoire du néolibéralisme, lorsque celui-ci s’empare de la question du gouvernement des ressources et des environnements.

MOTS-CLÉS

  • États-Unis
  • Guerre froide
  • communs
  • environnement
  • néolibéralisme
  • Garrett Hardin

English

Cold War Pastures. Garrett Hardin and the “Tragedy of the commons” The article “The tragedy of the commons” by Garrett Hardin is a central reference in the contemporary debates on property, environment, and the economy of material and immaterial resources. Its main thesis is the incompatibility between common property and sustainability. Although this text is one of the most influential of the last decades, we have very few elements on the historical processes that shaped its production and reception ; on its author Garrett Hardin, his biographical trajectory, his political motives, his involvement in the political and intellectual struggles of the second half of the twentieth century. This article aims at historicizing the contemporary debates on the political economy of the commons, by providing this historical perspective. We analyze, in particular, the biopolitical project underlying the Hardin’s involvement in the environmental movement and the influence of the Cold War intellectual culture on the framing of his theories on resources and property. This article also aims at providing a contribution to the general history of neo-liberalism, when applied to natural resources and environment.

KEYWORDS

  • USA
  • Cold War
  • commons
  • environment
  • neoliberalism
  • Garrett Hardin

Plan de l'article

  1. POPULATION, RESSOURCES, CONFLICTUALITÉ
  2. LES ENFANTS DE LA GUERRE FROIDE
  3. LA TRAGÉDIE DE LA FINITUDE
  4. BIOPOLITIQUE DU PÂTURAGE
  5. GOUVERNER LES RESSOURCES, GOUVERNER LA REPRODUCTION
  6. LES COMMUNS, L’ÉTAT, LE MARCHÉ
  7. PÉRIL MIGRATOIRE, PÉRIL ENVIRONNEMENTAL
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback