Accueil Revues Discipline (Sciences politiques) Revue Numéro Résumé

Revue internationale de politique comparée

2011/4 (Vol. 18)



Article précédent Pages 29 - 46 Article suivant

   English abstract on Cairn International Edition

Résumé

Français

La Belgique, à l’instar d’autres États et singulièrement les membres de l’Union européenne, mobilise les connaissances biomédicales pour mettre en œuvre une série de politiques publiques dans des secteurs touchant à la vie, à la mort, et aux risques sanitaires qui pourraient hypothéquer le cheminement des individus de l’une à l’autre. Comme en attestent les travaux de Foucault, une telle biopolitique émerge à partir du moment où l’État se fixe pour objectif d’endiguer les risques qui menacent la santé publique. Dans trois secteurs en Belgique, ceux des OGM agro-alimentaires, de la téléphonie mobile et de la biomédecine (procréation médicalement assistée, cellules souches et clonage), l’intervention des pouvoirs publics est différenciée au point qu’il paraît utile de parler des biopolitiques plutôt que d’une biopolitique. L’article s’attache à expliquer cette gestion des risques à géométrie variable. Trois types d’explications sont mobilisés : la mise à l’agenda et donc la construction sociale des objets biopolitiques à réguler, la mobilisation des acteurs sociaux autour de ceux-ci, et les registres d’expertise qui étayent les décisions publiques.

English

As many other European countries, Belgium implements policies related to birth, to death, and to the in-between events that challenge individual pace. Biomedical knowledge is one of the resources to define such policies. As pointed by Foucault, biopolicy emerges when the State aims at controlling the risks that threatens public health. In Belgium, public regulation among three sectors, i.e. the agro-food GMOs, the mobile phones and biomedicine (assisted reproductive technologies, stem cells and cloning) is so different that it is useful to talk about biopolicies rather than about one sole biopolicy. The paper focuses on explaining this variation. Three explanatory factors can help in highlighting this intriguing risk management: agenda setting and thus social construction of the biopolitical objects to be regulated, mobilization of social actors regarding these objects, and the types of expertise supporting the public decisions.

Plan de l'article

  1. Introduction : comparer des secteurs à risque
  2. Biomédecine en Belgique : l’importance du Parlement et des experts13
  3. Téléphonie mobile en Belgique : utilité de la technologie et dilution de la controverse22
  4. OGM agro-alimentaires en Belgique : surveillance et contrôle publics39
  5. Conclusion : une action publique à géométrie variable selon les objets biopolitiques
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback