Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Techniques & Culture

2010/1-2 (n° 54-55)



Article précédent Pages 21 - 45 Article suivant

Résumé

Français

En 1976 le CNRS créa un laboratoire pour étudier des phénomènes relevant du domaine de la technologie culturelle. L’équipe « Techniques et culture » qui vit le jour esquissa alors dans un premier bulletin un programme qui devait guider ses recherches dans les années à venir. La présente rédaction résume les grandes lignes de ce premier texte. Le regroupement des techniques en deux grandes divisions – celles qui « créent » des rapports sociaux, celles qui « reflètent » le fonctionnement et l’architecture des relations intra et intergroupes – est expliqué et justifié. Après un court rappel de l’épistémologie et de la méthodologie de l’enquête dans ce domaine, qui soulèvent entre autres les problèmes de l’innovation et de l’évolution, sont abordés quelques exemples de techniques « créatrices » tirées de l’époque médiévale : la charrue, l’étrier, le ferrage des animaux, l’assolement triennal, sous l’angle de leur influence sur les structures sociales. Puis l’habitation en tant qu’inscription de la société sur le sol permet de dégager des nouvelles avenues de recherche anthropologique. Enfin une dernière analyse compare le passage en Irlande de l’horticulture à la bêche à l’agriculture attelée, puis des animaux aux tracteurs d’où il ressort que parfois des facteurs sociaux revêtent autant d’importance que des critères purement techniques dans l’acceptation ou le refus de nouveautés.

Mots-clés (fr)

  • séries historiques
  • séries logiques
  • invention
  • évolution
  • agriculture
  • artisanat

English

In 1976 the CNRS (Centre national de la recherche scientifique) founded a laboratory for studying differents aspects of cultural technology. The work group « Techniques and culture » wich thus came into being laid down in its first research bulletin the general framework wich would be the cadre of its researches in the years to come. This article sums up the principal axes of that first text. The reasoning that explains and justifies, the grouping of techniques into two large divisions – those that « create » social relations, and those that mirror the architecture and the functioning of intra- and inter-relations within social groups – is analysed. After a short reminder of the epistemology and metholology obtaining in this domain wich among other things brings up the problems of innovation and evolution, a few examples from medieval Europe: the plough, the stirrup, iron shoes for animals, triennal crop rotatation, are examined from the point of view of their influence on social structure. The study of housing and urbanism (house grouping) as an imprinting of society on a geographical territory opens up news avenues of anthropological research. A final analysis compares the passage in, Ireland from horticulture with a spade to agriculture with harnessed animals, then from animals to tractors, from which it appears that social criteria are at least as important as purely technical ones as to the acceptance or denial of new vectors of change.

Mots-clés (en)

  • historical series
  • logical series
  • invention
  • evolution
  • agriculture
  • craft industry

Plan de l'article

  1. Conceptualisation
    1. Thématique
    2. Épistémologie
    3. Problématique
    4. Méthodologie
  2. Évolution technique
  3. Les techniques qui créent les rapports sociaux
    1. L’étrier
    2. Charrue, collier d’épaule, assolement triennal
  4. L’invention
  5. Un exemple de technique qui reflète les rapports sociaux : l’habitation
  6. Principes de construction : murs porteurs et ossature
  7. La dialectique technique et société
Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback