Accueil Revue Numéro Résumé

Volume !

2011/1 (8:1)


ALERTES EMAIL - REVUE Volume !

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Article suivant

Résumé

Français

La musique hip-hop est aujourd’hui l’une des musiques populaires qui rencontrent le plus de succès sur l’ensemble de la planète. Elle a à ce titre réussi à imposer le procédé de composition musicale qu’est l’échantillonnage, ou sampling, malgré certaines critiques féroces et un système juridique et commercial basé sur le droit d’auteur et peu enclin à ce type de pratique. Ce procédé existe dans d’autres genres musicaux, mais il faut admettre que la musique hip-hop est celle qui l’a rendu populaire. Bien que donné pour mort selon certains artistes et chercheurs, il apparaît au contraire par le prisme de l’analyse musicale que le sampling est en fait plus qu’indispensable à la composition hip-hop. L’esthétique sonore de certains artistes n’est en effet envisageable qu’avec les possibilités de l’échantillonnage, et cela implique de la part du musicien des capacités musicales particulières. Aujourd’hui que le sampling n’est plus le seul procédé que connaît la composition de musique hip-hop, il faut donc le considérer comme un choix esthétique que fait le musicien en sachant très bien quelles sont les possibilités et les conséquences qu’un tel choix implique.

Mots-clés (fr)

  • esthétique
  • échantillonnage / sampling / Djing
  • adaptation / appropriation / emprunt
  • compositeur / composition / partition

Mots-clés (en)

  • sampling / Djing
  • aesthetics
  • adaptation / appropriation / borrowing
  • composer / composing / score

Plan de l'article

  1. La mort du sampling ?
  2. « Je suis un créateur, qu’on ne revienne pas là-dessus »?
  3. Le son du rap à base de samples
  4. Conclusions

Accéder à cet article
© 2010-2017 Cairn.info