Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Volume !

2014/2 (11:1)


ALERTES EMAIL - REVUE Volume !

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 131 - 143 Article suivant

Résumé

English

?Whether temporally or spatially focussed, nostalgia results from a division between what is longed for and the moment of longing. This article examines this “nostalgia gap” alongside the analogous gap found in representation. The relationship is highlighted via an analysis of “holiday records”, a genre of recordings that became prevalent in the 1960s. The genre intersects with the more familiar genres of exotica, mood music, easy listening and ambient, but is distinguished by its emphasis on a particular form of spatial reminiscence and imagination. Using the example of “April in Portugal”, a song that started life as a Portuguese fado and subsequently became an international hit and mood music staple, I address a set of questions that illustrate the nostalgia gap. What is being remembered or imagined in the song? Can we distinguish between described and prescribed nostalgia? How is saudade, the specifically Portuguese “grammar of nostalgia”, related to nostalgic languages found on other holiday records??

Mots-clés (en)

  • perceptions / representations (cultural)
  • spatiality / space / place
  • entertainement / show
  • nostalgia / retro

Français

“Peu importent le temps et la distance”. Les disques de vacances, les représentations et le fossé nostalgique ?Qu’elle se rapporte au temps ou à l’espace, la nostalgie naît d’un écart ou fossé entre le passé que l’on désire retrouver et le moment présent du désir. À travers cet article, je me propose d’examiner le « fossé nostalgique » et le fossé de représentation. La dynamique est explorée à travers une analyse des « disques de vacances », un genre d’enregistrements devenu très en vogue dans les années 1960. Le genre se situe à la croisée des genres plus connus de l’exotica, mood music, easy listening et ambient, mais s’en distingue par l’usage spécifique qu’il fait de réminiscences géographiques et de faits fictifs. En utilisant l’exemple d’ « April in Portugal », à l’origine un fado portugais qui est par la suite devenu un tube international et un grand classique de la mood music, je réponds à une série de questions qui illustrent le fossé nostalgique. Qu’est-ce qui est effectivement remémoré, qu’est-ce qui est imaginé dans la chanson ? Peut-on établir une différence entre nostalgie « descriptive », tirée d’une expérience vécue, et nostalgie « obligatoire », ou clichée ? Quel genre de rapports la saudade, « bréviaire de la nostalgie » typique du Portugal, entretient-elle avec les types de langues nostalgiques que l’on peut trouver sur d’autres disques de vacances ??

Mots-clés (fr)

  • divertissement / spectacle
  • spatialité / espace / lieu
  • nostalgie / rétro

Plan de l'article

  1. “Coimbra” – a brief chronology
  2. Fado: time, distance and longing
  3. From “fado” to holiday record: links in the metonymic chain
  4. Holiday records and/as exotica
  5. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback