Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Volume !

2014/2 (11:1)


ALERTES EMAIL - REVUE Volume !

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 145 - 158 Article suivant

Résumé

English

The audio past of the 20th century, as it is stored in both material and digital collections, is largely and almost effortlessly accessible to contemporary audiences. The recycling or revival of former musical pasts seems to be an inescapable and familiar reality (Reynolds, 2011). In light of two case studies borrowed from contemporary British audio culture, I determine how nostalgia has become a strong, yet paradoxical, shaping practice for contemporary independent record labels. The first case study is dedicated to Ghost Box records and examines the prevailing practices of hauntology and sampling. The second case study focuses on hyper-specialised British reissue record label Finders Keepers, which help to salvage and rehabilitate semi-forgotten recordings from bygone eras. In this article, the notion of nostalgia is constructed as a relevant dimension of contemporary audio cultures rather than its superficial (or fashionable) correlative. The links between early phonography as a technology of early presence and the rise of nostalgia are also discussed.

Mots-clés (en)

  • technologies
  • sampling / Djing
  • music / recording industry
  • disc / vinyl
  • phonography / transphonography
  • heritage (material / immaterial)
  • mediations
  • archives / reissues / revival
  • listening devices
  • collections / anthologies

Français

Remplacer le passé. La nostalgie médiée et l’enregistrement sonore Le patrimoine musical du xx e siècle, archivé de manière physique et numérique, est largement et facilement accessible aux publics contemporains. Le recyclage ou retour de formes musicales passées semble être une réalité indiscutable (Reynolds, 2011). Mobilisant deux exemples issus de la culture musicale britannique contemporaine, je détermine comment la nostalgie informe les productions des maisons de disques indépendantes contemporaines. La première étude de cas est consacrée à Ghost Box Records et examine la pratique hantologique du label. La deuxième étude de cas s’attache au label de réédition hyper-spécialisé Finders Keepers, qui aide à préserver et réhabiliter des enregistrements à demi oubliés issus de la vaste culture matérielle du passé. À travers cet article, la nostalgie est abordée comme une dimension essentielle des cultures musicales contemporaines plutôt que comme un corrélatif superficiel et éphémère. Les liens unissant les débuts de la phonographie (conçue comme technologie de téléprésence) et la nostalgie sont également explorés.

Mots-clés (fr)

  • technologies
  • industrie du disque
  • échantillonnage / sampling / Djing
  • phonographie / transphonographie
  • patrimoine matériel / immatériel
  • médiations
  • label / maison de disques
  • archives / rééditions / revival
  • nostalgie / rétro
  • supports d’écoute
  • collections / anthologies

Plan de l'article

  1. Is nostalgia a technological condition?
    1. Phonography, or the art of materialising ghosts
    2. Ghost Box Records: the hauntological moment
  2. Finders Keepers: the “desire for desire”
    1. Nostalgia for an imagined past: naming and mapping the past
    2. Authenticating and consuming the marvel
  3. Conclusion: the unfinished past

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback