Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Volume !

2014/2 (11:1)


ALERTES EMAIL - REVUE Volume !

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 192 - 205 Article suivant

Résumé

English

Academics are increasingly devoting attention to understanding, categorising and appraising the concept of nostalgia. However, “there is surprisingly little attempt to discuss the modes of representation involved in the communication of nostalgia,” particularly in relation to the mass media (Pickering and Keightley, 2006: 930). This paper addresses this deficit by examining the memory work conducted on Manchester post-punk band Joy Division. Since the mid-2000s there has been a surge of material related to the band, including movies, documentaries, autobiographies and other books, as well as ambitious marketing campaigns associated with re-released songs. This paper assesses the extent to which this material can be considered nostalgic and the orders of nostalgia it conveys. We suggest that much of the material produced by “witnesses” present in the 1970s can be understood as contestation over authority to speak, rather than reflecting a nostalgic “mood’. Some of the new material exhibits a nostalgic “mode” where styles from the past are drawn on to increase the band’s audience. Collectively, these efforts form the basis for the “ersatz nostalgia” of those could not witness Joy Division. Exploring the relationship between nostalgia and authoritative witnesses provides greater insight into how popular culture (re)creates its own past.

Mots-clés (en)

  • marketing / communication
  • media
  • spatiality / space / place
  • time / temporality
  • nostalgia / retro

Français

Les universitaires accordent une attention croissante à la compréhension, la catégorisation et l’évaluation du concept de nostalgie. Cependant, « de manière surprenante, on cherche peu à discuter les types de représentations associées aux communications autour de la nostalgie » (Pickering and Keightley, 2006 : 930), particulièrement dans le contexte médiatique. Cet article tente de combler ce déficit en examinant le travail sur la mémoire mené à partir de la carrière du groupe post-punk de Manchester, Joy Division. Depuis le milieu des années 2000, on a assisté à une importante production de discours et de contenus sur le groupe, parmi lesquels on peut compter la sortie de films, la réalisation de documentaires, la publication d’autobiographies et d’autres livres, ainsi que des campagnes de marketing ambitieuses dédiées à la réédition de chansons. Cet article examine à quel point nous pouvons considérer cette production comme nostalgique, ainsi que les niveaux de nostalgie auxquels elle fait référence. Plutôt que le reflet d’un « caractère » nostalgique, nous suggérons que les contenus produits par les « témoins » présents dans les années 1970 peuvent être interprétés comme des éléments de contestation concernant la légitimité à s’exprimer sur le sujet, plutôt qu’un état d’esprit nostalgique. Quelques contenus produits récemment et qui mettent en avant un « ton » où des stylisations s’inspirant du passé sont utilisés pour accroître l’audience du groupe. Ensemble, ces efforts construisent la base d’une « nostalgie ersatz » de ceux qui n’ont pas été des témoins directs de Joy Division à l’époque où le groupe existait. En étudiant la relation qui existe entre la nostalgie et les témoins légitimes, cet article tend à offrir une plus grande compréhension de comment la culture populaire crée et recrée son propre passé.

Mots-clés (fr)

  • marketing / communication
  • médias
  • spatialité / espace / lieu
  • temps / temporalité
  • nostalgie / rétro

Plan de l'article

  1. Consecrating Joy Division — Decades
  2. Nostalgia and Popular Culture
  3. Revisiting Joy Division – Shadowplay
  4. Re-Mixing Joy Division — A Means To An End
  5. Conclusion

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback