Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Volume !

2015/1 (11:2)


ALERTES EMAIL - REVUE Volume !

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 101 - 121 Article suivant

Résumé

Français

La théorie postmoderne a récemment pu pointer l'effondrement de la frontière séparant les cultures savante et populaire. Le Minimalisme et La Monte Young d’une part, le punk et le Velvet Underground d'autre part ont souvent servi d’illustrations de ce nouvel ordre des choses où le dialogue entre des univers autrefois antagonistes s’ouvre enfin. Young, pourtant, n’a pas toujours été un compositeur « savant », et le Velvet Underground n’a été considéré comme un groupe « punk » qu’après sa séparation. C’est en effet au fil de reconstructions opérées par la critique et par la musicologie que ceux-ci ont été cloisonnés au sein d'univers en apparence hermétiques. Et c’est au fil de reconstructions récentes, celles notamment de la « musicologie postmoderne », que ceux-ci ont été réunis sous une même bannière. La confrontation de Young et du Velvet Underground, du minimalisme et du punk dans la littérature critique et musicologique fait ici l'objet d’une investigation portant sur le rôle assumé par celles-ci dans la construction des histoires et des genres respectifs. Cette confrontation plaide en faveur d’une réintroduction des idéologies et des politiques musicologiques dans l’histoire de la musique elle-même.

Mots-clés (fr)

  • underground / alternative
  • genre musical
  • perceptions / représentations culturelles

English

La Monte Young vs. The Velvet: Minimalism vs. Punk, art vs. pop: postmodern constructions and deconstructions‪Postmodern theory has recently brought to light the collapse of the boundary separating classical and popular cultures. Minimalism and La Monte Young, on the one hand, and punk and the Velvet Underground, on the other, frequently serve to illustrate the new order of things, in which the dialogue between these hitherto antagonistic universes has finally opened. Young, however, has not always been a “classical” composer, and the Velvet Underground only started to be considered as a “punk” band after it split up. It was, in fact, through the reconstructions of critics and musicologists that these musicians were sectioned off within an apparently compartmentalized universe. And it is through more recent reconstructions, notably those of “postmodern musicology”, that they have been reunited under a single banner. This article examines the way Young and the Velvet Underground, minimalism and punk, are confronted in critical and musicological literature with an aim to explicating the role played by this literature in the construction of these musicians' histories and these genres. This confrontation pleads in favor of the reintroduction of musicological ideologies and policies in the history of music. ‪

Mots-clés (en)

  • genre (musical)
  • perceptions / representations (cultural)

Plan de l'article

  1. Exclusions I : Young’s blues
  2. Exclusions II : The Velvet Underground, le punk et l’avant-garde musicale
  3. Inclusions : des sémiotiques qui s’opposent ou se rejoignent
  4. Au delà d’une culture de la répétition

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback