Accueil Revues Revue Numéro Article

Africultures

2003/2 (n° 55)

  • Pages : 248
  • ISBN : 2747544702
  • DOI : 10.3917/afcul.055.0008
  • Éditeur : Africultures

ALERTES EMAIL - REVUE Africultures

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 8 - 9 Article suivant
1

La parole est donnée aux acteurs culturels et intellectuels malgaches, réputés introuvables, sur les changements liés à la crise électorale de 2002. Le culturel se révèle ainsi très à l’écoute des aspirations sociales alors que la culture est en émergence d’expression. Elle s’attache à déblayer des espaces publics. Elle valorise autant les arts que la culture immatérielle qui constitue tout un patrimoine. Transcendant isolement et insularisme, elle s’interroge de plus en plus sur le devenir et ce qu’elle a à apporter au monde.

2

Ici les textes n’ont pas de valeur revendicative. Le seul parti pris clairement exprimé est celui du poids des images. Car ce dossier offre une place importante à l’image. Les photographies sélectionnées rendent visible l’identité culturelle des Malgaches, leur présence sur la scène artistique et surtout elles remettent à l’honneur cet art foisonnant depuis cette fin de siècle, trop longtemps censuré par les régimes politiques. Car il s’agit bien ici de rendre compte de l’émergence de nouvelles formes artistiques à Madagascar à travers les événements politiques de 2002. Par ce choix, l’objectif est bien d’attirer l’attention sur la forte imbrication du social et du culturel qu’il est presque impossible d’ignorer à la fois pour comprendre les événements politiques et les dynamiques culturelles à Madagascar.

3

Les événements de 2002 ont été choisis non pas parce qu’ils portent à eux seuls les traces d’un désir d’émergence mais bien parce qu’ils ont été l’un des moments forts où ce souhait s’est révélé avec autant de résonance sur la scène culturelle. Cette aspiration à l’émergence s’exprime à la fois à travers un face-à-face entre les politiques, entre la tradition et le changement. Et la culture est justement là pour déblayer des espaces publics et rendre possible ces face-à-face exposés sous une rubrique à juste titre intitulée “face-à-face”. Mais cette thématique du “face-à-face” sera présente dans tous les textes de fond, des textes courts d’illustration, des extraits de discours, des interviews, des poèmes électroniques, des chroniques politiques et des photographies composant chaque rubrique.

4

Ainsi les rubriques choisies illustrent-elles ces deux dimensions à travers les arts comme la musique, les arts de la scène, les arts plastiques et la littérature. Ici ces face-à-face seront abordés à travers l’émergence des formes artistiques comme la littérature très à l’écoute des aspirations de la société malgache, comme le souligne Christiane Rafidinarivo dans son texte “Par la littérature, changement, métamorphose, mutation”, la danse contemporaine, la musique et les arts plastiques de plus en plus visibles sur la scène africaine et sur la scène internationale comme l’exprime Ariry Andriamoratsiry dans son texte “Danse contemporaine à Madagascar”, Christiane Rafidinarivo dans “L’entendement malgache” et Hemerson Andrianetrazafy dans “Les arts plastiques malgaches : de la survie à la révolte”. Mais au-delà de ces formes artistiques, une place importante sera aussi accordée au patrimoine immatériel malgache. Car l’art de vivre lié aux transactions, aux marchés, à la survie, présenté par Christiane Rafidinarivo dans “Zoma : marchés de Madagascar” et par Christiane Rafidinarivo et Ketakandriana Rafitoson dans “Argent, alcool : une complexe anamorphose de cultures antiques” est l’une des composantes nécessaires pour comprendre la culture malgache. C’est dans cette perspective que s’inscrit le choix des rubriques comme “Qui est mort ?” “Le sacré” ou encore “Style de vie”. Car cette culture immatérielle souvent rattachée à la sphère privée devient aussi de plus en plus visible dans la sphère publique en tant qu’art au même titre que les autres formes artistiques. Cette visibilité apparaît d’abord à travers les actions de politiques culturelles comme l’exprime Christiane Rafidinarivo dans “Culture : projet ou politiques” dans “Les associations culturelles”, mais aussi grâce à des actions de médiations culturelles par l’intermédiaire de médias tels que la presse, l’Internet ou les expositions comme le soulèvent Fanjanarivo Symonette dans “Aider à la décision : vision ou ambition émergente pour la presse au féminin ?”, Herizo Andrinarijaona dans “Internet : révolution virtuelle et émancipation culturelle” ou encore Clarisse Rasoamampionona dans “Marche vers la recherche du passé”.

Bulletins de vote

© Kelly
5

C’est ainsi que l’émergence à Madagascar s’exprime grâce à toutes ces formes et actions artistiques. Madagascar émergence montre enfin que la culture malgache trouve aussi sa place sur la scène culturelle africaine et internationale par ce qu’elle-même peut procurer et non plus seulement à travers ce que les autres cultures ont pu lui apporter.

Pour citer cet article

Noël-Cadet Nathalie, « Madagascar Emergence », Africultures, 2/2003 (n° 55), p. 8-9.

URL : http://www.cairn.info/revue-africultures-2003-2-page-8.htm
DOI : 10.3917/afcul.055.0008


Article précédent Pages 8 - 9 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback