Accueil Revues Revue Numéro Article

Africultures

2005/3 (n° 64)

  • Pages : 248
  • ISBN : 2747588181
  • DOI : 10.3917/afcul.064.0059
  • Éditeur : Africultures

ALERTES EMAIL - REVUE Africultures

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 59 - 59 Article suivant
1

Les 7 et 9 octobre 2005, l’opéra d’Avignon créera un opéra « très posthume » de Saint-George. La musique est en effet celle d’œuvres lyriques du « chevalier » dont ne restent que de multiples bribes. Alain Guédé a réuni ces airs sur lesquels il a adapté des paroles nouvelles (mais avec une stylistique empruntée au XVIIIe siècle) afin de centrer l’intrigue sur le plus beau héros lyrique de l’œuvre de Saint-George, à savoir Saint-George lui-même.

2

Cet opéra montre la construction du personnage après la terrible humiliation que constitua, pour lui, le refus de la Reine de le nommer directeur de l’Opéra royal pour cause de couleur de peau. Aidé par son mentor, le duc d’Orléans, Saint-George prend conscience du fait que dans cette société d’ancien régime, il ne sera jamais considéré à l’égal des autres. Il s’engage donc pour une société plus humaine et plus fraternelle.

3

Ce parcours « initiatique » croise aussi celui de l’amour : amour déçu de Sophie Arnoult qui devient son ennemie implacable et amour impossible de la trop jeune Louise qui est éprise de lui.

4

Saint-George finit par trouver la sérénité mais un autre ennemi le guette. Implacable, celui-là.

5

Cette intrigue est servie par une musique sublime qui méritait aussi d’être redécouverte. L’ensemble du livret est écrit en vers.

Pour citer cet article

« " Le Nègre des Lumières " à l'Opéra », Africultures, 3/2005 (n° 64), p. 59-59.

URL : http://www.cairn.info/revue-africultures-2005-3-page-59.htm
DOI : 10.3917/afcul.064.0059


Article précédent Pages 59 - 59 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback