Accueil Revues Revue Numéro Article

Africultures

2009/2 (n° 77-78)

  • Pages : 248
  • ISBN : 9782296093966
  • DOI : 10.3917/afcul.077.0215
  • Éditeur : Africultures

ALERTES EMAIL - REVUE Africultures

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 216 - 217 Article suivant
1

La Fondation s’est bâtie sur la volonté de Jean-Paul Blachère de venir en aide aux artistes contemporains vivants en Afrique et ceux issus de la diaspora. Dire cela uniquement serait un raccourci. Ce projet est le fruit d’une succession de rencontres heureuses qui ont nourri la volonté de créer un programme ambitieux et généreux. La Fondation depuis 5 années est à l’origine d’actions ici et ailleurs, d’ateliers, de prix, d’acquisitions et d’expositions. Cette démarche est née dans un contexte culturel inhabituel au sein d’une entreprise d’illuminations festives et donc hors des chapelles culturelles consacrées ! Il fallait tout inventer. Nous avions envisagé ce premier quinquennat comme un ballon d’essai, un voyage en terre inconnue. Au terme de cette aventure, notre bilan nous encourage à poursuivre nos efforts.

2

Nous ne pouvons œuvrer en solitaire, les axiomes qui gouvernent notre initiative reposent sur le partage et ces premières rencontres sur l’île de Gorée avaient pour perspective de réfléchir à l’hypothèse d’initier un réseau d’écritures critiques avec la complicité d’Africultures et d’identifier les résidences de création sur le continent africain.

3

En vue de marquer symboliquement et concrètement ces objectifs, nous avons imaginé avec l’ensemble des protagonistes, un projet intitulé « un artiste, un critique ». Le principe étant d’associer à chaque critique, un artiste de son choix qu’il accompagnera tout au long du processus de création jusqu’à une exposition.

4

Installé du 9 au 15 mai 2008 entre les murs ouvrant sur l’océan du Gorée Institut, le comité critique composé de Virginie Andriamirado, Christine Eyene, N‘Deye Rokhaya Gueye, Moulim El Aroussi, Raphael Chikukwa, Fortuné Bationo et piloté par Roger-Pierre Turine et moi-même avait donc pour mission de dresser un bilan tout en réfléchissant aux scénarios des possibles…

5

Parallèlement, l’équipe avait en charge la désignation des 5 lauréats du prix de la Fondation qui seront exposés dans le centre d’art à Apt du 27 octobre 2009 au 17 janvier 2010.

6

La Dak’art est un rendez-vous important pour la Fondation. Le prix est l’occasion de révéler des artistes émergents voire d’affirmer certaines œuvres qui n’ont pas eu l’opportunité d’être suffisamment vues ! Les mots critiques du collège reflètent ces choix pertinents malgré une Biennale 2008 somme toute décevante !

7

Nous sommes convaincus qu’il faudrait faire plus. Nous sommes conscients des responsabilités qui nous incombent après ces années d’exercice où nous avons rêvé et fait rêver. À présent, nous devons nous engager dans la durée avec une détermination sans faille, avec la foi en ces échanges nord-sud et, dans ce dessein, nous ouvrir à d’autres mécènes afin qu’ils consolident nos espérances et profitent de cette belle aventure.

8

Le 29 novembre 2008

Pour citer cet article

Jaccaud Pierre, « Écrire dans l'île... », Africultures, 2/2009 (n° 77-78), p. 216-217.

URL : http://www.cairn.info/revue-africultures-2009-2-page-216.htm
DOI : 10.3917/afcul.077.0215


Article précédent Pages 216 - 217 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback